Théâtralisation de la Justice : « Le Chef de l’Etat ne se plaint pas, il fait un constat », dixit Patrick Muyaya

En disant cela, le Président de la République interpelle les magistrats, ceux qui rendent justice.

Patrick Muyaya innove. Le ministre de la Communication et Médias et Porte-parole du Gouvernement procédera désormais à une sorte d’éclairage sur le compte rendu de la réunion du Conseil des ministres. Ce sera au cours d’un briefing hebdomadaire avec la presse. Ce nouvel exercice, destiné à faire comprendre à la population les délibérations du Gouvernement, a été lancé officiellement hier lundi 10 octobre. Patrick Muyaya est donc revenu sur la communication du Président de la République, et d’autres points d’information traités à la 72ème réunion du Conseil des ministres, tenue le vendredi 7 octobre courant.

Dans sa communication, rappelle Muyaya, le Chef de l’Eta, Félix Tshisekedi, s’est exprimé sur la situation sécuritaire à Kwamouth dans le Mai-Ndombe, instruisant le ministre des Affaires sociales, Action humanitaire et Solidarité de préparer une mission humanitaire sur place.

« Il y a eu malheureusement, d’après le bilan qui nous a été partagé par la gouverneure de Mai-Ndombe, plus de 180 morts à la suite de ce conflit entre Teke et Yaka. Le gouvernement a pris toutes les dispositions pour que la sécurité puisse être rétablie », a précisé Patrick Muyaya.

Le ministre de la Communication et Médias a également évoqué les dérapages judiciaires constatés par le Président de la République qui a, à l’occasion, interpellé le Conseil supérieur de la magistrature et le ministre d’État, ministre de la Justice afin de remettre de l’ordre dans le secteur.

Le Porte-parole du Gouvernement a réfuté l’idée selon laquelle le Président de la République se serait plaint, parlant de la « théâtralisation de la Justice ».

« Le Président de la République ne s’est pas plaint, il a fait un constat », a souligné le ministre de la Communication et Médias. « C’est général dans la situation du pays. Nous connaissons des crises dans tous les secteurs. Mais la crise qui affecte la Justice est celle qui affecte l’Etat de droit, le leitmotiv de l’action du Chef de l’Etat », a indiqué Patrick Muyaya.

Interpeller les magistrats

Ce dernier rappelle qu’on ne cessera jamais de dénoncer le mal lorsque quelque chose ne va pas. Mais parallèlement aux dérapages constatés dans l’administration de la Justice, a fait savoir le ministre Muyaya, « il y a un travail en cours, notamment le recrutement des magistrats. Mais bien au-delà », a-t-il souligné, « il y a aussi le problème de prise en charge. C’est un travail qui se fait de manière permanente en fonction des moyens disponibles ».

Le Porte-parole du Gouvernement a précisé que « le Président de la République en disant cela interpelle les magistrats, ceux qui rendent justice. Ça veut dire qu’il ne faut pas rendre justice parce qu’il y a en face ceux qui sont les plus forts, c’est-à-dire les plus offrants. Quand vous rendez justice, a-t-il insisté, vous devez être vous-mêmes en harmonie avec vos valeurs, le serment et tout ce qui doit guider votre métier. Encore une fois, c’est un appel à la responsabilité. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas bien payés qu’on nous ne devons pas bien faire les choses. La situation du pays nous impose à tous des sacrifices. Mais certains doivent le faire plus que d’autres, notamment du côté de la justice », a déclaré Muyaya.

Le ministre de la Communication et Médias promet de revenir vers la presse avec sa collègue de la Justice pour informer la population de comment l’interpellation du Chef de l’Etat va être implémentée./mediascongo.net