Opération “Luyoyo dégage” : les boxeurs bientôt chez Tshisekedi

Mégestion, détournement des fonds alloués à la Fédération par l’Etat congolais, confiscation des bourses des boxeurs, forcing, tricherie, non respect des textes, immoralité et falsification des documents sont autant de griefs mis à charge du très contesté président de la Fédération congolaise de boxe (FCB) par les pratiquants révoltés contre une gestion peu orthodoxe.Au cours d’un point de presse organisé lundi à Kinshasa, les meneurs de la lutte contre la “dictature instaurée par Ferdinand Ilunga Luyoyo” au sein de la FCB ont annoncé, le dépôt très prochainement, d’un mémorandum au cabinet du président de la République, afin d’éclairer la lanterne du premier citoyen congolais sur la manière dont le précité gère le noble art au détriment des athlètes.

“Notre synergie lutte pour défendre les intérêts des athlètes. Nous sommes ici pour réclamer la libération de la boxe prise en otage par le soi-disant président élu dans le non respect des textes”, a circonscrit Aimé Luvumbu. En outre, le président de l’équipe des “guerriers” a fait observer que son camp plaint le ministre des Sports qui a cautionné la tricherie de Ferdinand Ilunga malgré les dénonciations des services de son administration.

“Il a tenu son assemblée à vase clos avec la complicité du ministre qui a avalisé une assemblée où les représentants de l’administration n’ont pas pris part. Nous l’incriminons [ndlr, le ministre des Sports]”, a-t-il hurlé avant d’évoquer les démarches en cours pour déposer sur la table du chef l’Etat le mémorandum reprenant les différentes déviations du général qui préside par défi aux destinées de la boxe en République démocratique du Congo.

Abondant dans le même sens que son compagnon de lutte, Flory Movoto, le président de la ligue nationale de la boxe professionnelle a dit compter sur l’intervention personnelle de Félix Tshisekedi afin que les pugilistes soient rétablis dans leurs droits.

“Nous demandons l’implication du chef de l’Etat. Nous demandons son appui”, a-t-il imploré avant d’alerter que les boxeurs revenus de championnats d’Afrique à Maputo n’ont pas touché leurs bourses pourtant déjà débloquées par l’instance internationale du noble art. Selon les meneurs de la lutte pour le départ du général Luyoyo de la tête de la FCB, les médailles en or devraient percevoir 10.000$ chacun, ceux d’argent 5.000 $ etc.

Accusé d’avoir procédé à la désignation des membres de la commission électorale en violation des dispositions de l’arrêté ministériel 0020/97 du 26 décembre 1997, spécialement en ses articles 10 et 11 comme l’avait désapprouvé en son temps la lettre du directeur des activités physiques et sportives (DAPS) du 05 janvier 2022, le jusqu’au-boutiste Ferdinand Ilunga Luyoyo aurait falsifié les documents pour prouver à la Fédération internationale de boxe que son élection avait respecté les lois du pays en la matière./ouragan.cd