RD-Congo: les okapis menacés par l’exploitation minière en Ituri

La société civile congolaise dénonce les permis accordés à des sociétés étrangères pour l’exploitation minière en Ituri, dans la Réserve de faune à okapis (RFO), une espèce de mammifères endémique des forêts de RDC, située en Ituri. Cette réserve, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, est exploitée depuis 2019, notamment par la société chinoise Kima Mining. Plusieurs avocats congolais ont dénoncé mardi 18 octobre une extraction minière qu’ils qualifient d’«illégale».

En tant qu’aire protégée, la Réserve de faune à okapis devrait être préservée de toute activité minière. C’est ce que prévoit le code minier congolais. Comme le rappelle Augustin Mpoyi, membre du Conseil pour la défense environnementale par la légalité et la traçabilité, joint par Pauline Le Troquier de la rédaction Afrique.

 Il appelle les autorités à annuler les permis délivrés. « C’est une violation claire de la loi. Il est même urgent, qu’au niveau du gouvernement, une option claire soit prise dans le sens d’arrêter cette exploitation qui est en train de nuire à l’image du pays dans cette configuration où le pays se présente comme étant une part importante de solution à la crise climatique. »

Des ressources minières convoitées par les groupes armés

L’avocat Augustin Mpoyi et ses confrères rappellent que les permis d’exploitation minière peuvent être annulés devant le Conseil d’État. Des démarches difficiles à entreprendre pour les organisations de la société civile, car elles sont coûteuses.

Lors de leur conférence de presse ce mardi 18 octobre, les avocats ont aussi déclaré que les ressources minières situées sur le territoire de la réserve RFO étaient convoitées par les groupes armés.

Une source d’inquiétude supplémentaire pour eux, alors que la réserve est le sanctuaire des derniers okapis. Une espèce menacée selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.   /Rfi