Politique : le pays sombre de plus de plus

La situation politique en RDC reste très atypique depuis l’avènement du régime Tshisekedi au pouvoir. Si les Kabila étaient connus pour être des « maffieux », le présent régime nous montre une face très lugubre d’un pays qui ne demande qu’à sortir de l’engrenage de la mauvaise gestion passée. « Plus rien ne marche au pays de Denis Lessie ».

Sur le terrain, Félix Tshisekedi est très loin de connaître les difficultés du peuple, car lui-même porté par le soutien financier de l’État dont il est largement bénéficiaire. « Le peuple d’abord » a laissé place au « Ventre d’abord », et d’après Israël Mutombo, la mauvaise foie de tous les « carnivores politiques » sert d’ingrédient pour donner à la RDC une sauce amère comme jamais auparavant. « Si les divergences persistent jusqu’au point de bloquer le pays, nous pouvons en conclure que les intérêts de la population ne sont pas suffisamment pris en compte», écrit le patron de Bosolo TV sur X.

Chose dite, chose vécu enfin…

Au début de son règne, Félix Tshisekedi était pointé du doigt par plusieurs congolais l’accusant d’être « un parvenu à la tête de la RDC». Aujourd’hui plus que hier, les détracteur du pouvoir trouvent de plus en plus d’arguments pour tutoyer le Chef de l’État. Pour l’opposition politique en RDC, il est anormal de dire que la ceinture du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo bloque l’avènement du salut du peuple Congolais alors que lui-même, le patron de la situation d’amorce aucune action concrète. Si les proches sont une bande plein de fainéants, disent-ils, l’homme fort du moment l’est aussi.

La ligne de démarcation entre la personne de Tshisekedi et ses poulains actuellement très encrés dans la «fraude» est très minime pour éviter de dire inexistante. Le climat politique actuel montre un conducteur de bateau fonçant droit vers un rocher sous-marin comme le révèle le récit de Titanic. « La mauvaise gestion a atteint le sommet », disent les Kinois.

Des hésitations qui profitent aux détracteurs

Près de deux mois après la nomination de la Première ministre, le peuple congolais reste très attentif à la formation du gouvernement ; gouvernement qui malheureusement serait bloqué entre les hésitations d’un côté et les envies démesurées de l’autre. Pour Joël Beya Fily, Tshisekedi a peur de sortir un gouvernement qui va tuer au regard de tous les mécontents qui remplissent sa ceinture. Cela est-il vrai ? Seul l’auteur sait le prouver, mais tout laisse entendre que le poisson face à l’appât est entre la vie et la mort.

Aujourd’hui plus que au début de son règne, Félix Tshisekedi devient un jeu politique pour ses hommes, un élément pour se servir au lieu de servir, et cela fait hésiter. Dans le chef du citoyen primaire naît déjà énormément de mécontents dont la seule envie à l’ère actuelle est le changement de régime. « Les choses vont de plus en plus mal en RDC ».

Gaël Hombo

vous pourriez aussi aimer