Lubumbashi : reprise timide des cours dans plusieurs établissements scolaires ( constat )

Les élèves et le personnel enseignant ont renoué avec le chemin de l’école sur toute l’étendue du territoire national depuis le lundi 5 Septembre 2022.

En effet effet, dans différentes avenues de la ville Lubumbashi, les élèves en uniforme bleu-blanc ont été peu visibles au deuxième jour de la reprise de la rentrée scolaire. Une situation qui s’explique, entre autres, par les difficultés socioéconomiques qu’éprouvent plusieurs familles aux revenus modestes. Contrairement aux années antérieures où l’on notait un certain engouement dès le premier jour de la rentrée scolaire, cette fois-ci l’effervescence n’y est presque pas. Après deux mois de vacances, les élèves du secteur de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) continuent de  tirer en longueur leurs congés, pas du tout pressés d’emprunter le chemin de l’école.

La rentrée s’est effectuée de manière timide, sans grande pompe. Les différents établissements scolaires qui ont ouvert leurs portes attendaient désespérément les élèves, qui se sont fait désirer. Les salles de classe étaient quasiment vides, mis à part quelques élèves dont les parents avaient fait l’essentiel, en leur dotant des fournitures scolaires requises. Ce qui n’est sans doute pas le cas de nombreux parents impayés, sans ressources et qui continuent à attendre des salaires hypothétiques pour acheter à leurs progénitures des kits scolaires.     

Dans certains établissements, c’est à peine que l’on pouvait apercevoir ce mardi un élève en tenue bleu-blanc. Ils étaient, pour ainsi dire, quasiment invisibles. Pendant ce temps, les différents marchés étaient pris d’assaut par des parents retardataires qui, en dernière minute, tentaient le forcing pour répondre aux besoins de scolarité de leurs enfants. Face à la hausse des prix des fournitures scolaires, certains ont dû se contenter du peu ou mieux, de ce qui était à la portée de leur maigre bourse, quitte à compléter le reste progressivement.

Du côté des vendeurs, c’est la consternation. Ils déplorent l’absence des acheteurs en dépit de leur niveau de stock élevé mais dont les prix appliqués contrastent nettement avec le volume de la bourse des consommateurs.

Roger AMANI