Les deux valeurs clés de la campagne électorale perdent leur valeur en RDC

Le peuple congolais a acquiert de la maturité pour faire face aux tentations électorales et est aujourd’hui plus mature pour discerner les vrais de tous faux en terme de motivation. Les candidats à tous les niveaux devront donc faire face à un peuple déçu lors des précédentes élections d’où la vraie complication. Le peuple est méfiant envers les candidats.

Les analyses électorales indiquent que plus de la moitié des électeurs potentiels n’iront pas aux urnes pour élire chacun ses candidats à tous les niveaux. La seule motivation du peuple en allant de faire enrôler était de disposer la nouvelle carte d’identité. Le peuple se sent aujourd’hui violé par les hommes qu’il s’était choisi lors des élections précédentes.

Les jeunes pour leur part ne vont à des activités politiques que dans le souci de tirer un gain pécuniaire de ces leaders politiques. A en croire les analystes politiques, le peuple congolais n’a plus confiance ni au régime encore moins en l’opposition. Chacun veut se servir du peuple, dénonce t-il, en estimant que les choses doivent changer. « Nous prions pour que les choses changent mais la tendance d’aujourd’hui n’annonce rien de bon. Nous nous attachons aux leaders politiques pour trouver ne serait-ce qu’un pays en ce moment où la conjoncture économique est très en mauvaise santé», a déclaré un jeune congolais.

L’argent et les discours ne garantissent plus la victoire en 2023

Les discours politiques et les somme d’argent ne peuvent garantir la victoire lors des élections de 2023 au regard du réveil de conscience dans le chef de la jeunesse. Les jeunes ont conscience que acteurs politiques échangent les sièges parlementaires avec les polos et chapeaux qu’ils donnent lors de la campagne.

De ce fait, les jeunes estiment qu’il faut prendre l’argent de tous les candidats sachant que c’est l’argent du pays mais faire preuve de conscience citoyenne devant les urnes. Pour le peuple, les politiciens ont volé en quantité industrielle qu’il faut stopper cette hémorragie en les sanctionnant dans les urnes.

Gaël Hombo

vous pourriez aussi aimer