Kinshasa : après le drame, Sama Lukonde reconnaît la nécessité de trouver des solutions durables sur la question du marché de Matadi Kibala

A la suite de la section d’un câble de haute tension détaché ayant causé la mort de plusieurs personnes à Matadi Kibala dans la commune de Mont Ngalula ce mercredi 2 février, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, s’est rendu sur le lieu de l’accident pour se rendre compte des dégâts causés. Le bilan macabre fait état de 26 personnes tuées dont 24 femmes et 2 hommes.

Après avoir visité le lieu du drame et reçu des explications sur ce qui s’est réellement passé, le Premier ministre Sama Lukonde a tout d’abord exprimé sa tristesse face à cette situation qui endeuille des familles nombreuses.

« D’abord la première de chose, c’est de déplorer l’incident qui est arrivé des suites d’un coup de foudre. Il y a un câble qui a été sectionné et qui est tombé sous la servitude. Malheureusement, il y avait des flaques d’eau et des femmes maraîchères qui vendaient.  Comme conséquence, 26 personnes sont décédées dont 24 femmes et deux hommes et deux blessés graves qui ont été acheminés à l’hôpital. Les corps sans vie ont été acheminés à la morgue de Maman Yemo. Le premier sentiment, c’est d’abord un sentiment de regret, c’est de présenter, au nom du Président de la République, les condoléances à toutes les familles éplorées », a dit Jean-Michel Sama Lukonde devant la presse.

Il a souligné la nécessité de tout mettre en œuvre pour des solutions idoines et définitives sur cette question notamment la délocalisation du marché Matadi Kibala où les vendeurs encourent beaucoup de risques sous différents angles. Il a, à nouveau, rassuré que le gouvernement s’occupera des obsèques de toutes les personnes décédées.

« Le deuxième constat, c’est de rentrer sur des instructions qui nous ont été données par le Président de la République sur le besoin de voir comment il faut s’occuper de ce site. Ce marché de Matadi Kibala présente beaucoup de risques du point de vue de la circulation et aussi de la servitude sous laquelle il y a des personnes qui ont construit, malheureusement en marge de la loi. Ici, nous allons d’abord prendre nos responsabilités en termes de nous occuper en tant que gouvernement des personnes qui sont décédées. Et très vite, on va voir, avec les autorités de la ville d’abord non seulement le Gouverneur mais aussi les ministères sectoriels concernés, comment on peut arriver à trouver une solution durable à cette question du Marché de Matadi Kibala ici dans la ville de Kinshasa », a-t-il ajouté.

Le Président de la République Félix Tshisekedi a, lors de la 35e réunion du conseil des ministres , vendredi 8 janvier dernier, instruit la mise en place d’une équipe de travail chargée de réaliser une étude de faisabilité en vue de la construction « d’un grand” centre logistique à Matadi Kibala pour faire le stockage et la commercialisation des produits agricoles. Ce projet va exiger de fait, la délocalisation du marché de Matadi Kibala.

À l’en croire, sa localisation et son fonctionnement actuel cause un engorgement inacceptable de l’axe Kinshasa- Matadi qui met quotidiennement en danger la vie de ceux qui la fréquente.

« Conformément à sa volonté de doter toutes les grandes villes du pays d’infrastructures socio économiques modernes, fonctionnels et favorisant le dynamisme économique, le Président de la République a instruit la mise en place d’une équipe de travail chargée de réaliser une étude de faisabilité en vue de la construction d’un grand centre logistique et de la délocalisation de l’actuel marché de Matadi Kibala qui permet de faire le stockage et la commercialisation des produits agricoles », disait le compte rendu de la réunion de Conseil des Ministres.

D’après toujours le compte rendu fait par le porte-parole du gouvernement, cette commission sera placée sous la supervision du Premier Ministre, chef du gouvernement et comprendra le VPM, ministre de l’intérieur, décentralisation et Affaires coutumières, le ministre d’État, ministre de l’urbanisme et habitat, le ministre des affaires foncières ainsi que d’autres parties prenantes dont le gouverneur de province de Kinshasa et du Kongo central./actualité.cd
vous pourriez aussi aimer