Haut-Katanga : Les Lushois se relâchent dans le respect des mesures contre le Covid-19.

Depuis près de deux semaines la ville de Lubumbashi n’a plus enregistré un seul nouveau cas de contamination au Coronavirus, les 10 cas confirmés par l’INRB se portent bien cliniquement, selon les informations reçues par notre rédaction en début de semaine. Face à cette double réalité qui dégage le sentiment d’une pandémie maîtrisée, les Lushois n’observent plus à la lettre toutes les mesures édictées par les autorités pour éviter la propagation de la maladie.

D’abord le port des masques rendu obligatoire par la mairie n’est presque plus d’actualité. Il n’y a que quelques Lushois qui y font encore attention. Sur les principales artères du centre-ville, seulement un Lushois sur 10 porte un masque. Même le contrôle rigoureux annoncé par l’autorité urbaine est en souffrance.

Pendant ce temps, la règle de distanciation sociale est aussi bafouée comme tout le reste. Les morgues sont toujours débordées du monde, les funérailles en caravane motorisée avec tapage et attroupement de population ont repris. Les célébrations des mariages ont repris aussi mais clandestinement. La mairie a l’air dépassée. Dans le transport en commun, la délimitation du nombre des passagers à bord des véhicules est piétinée malgré un semblant de contrôle de la Police de Circulation Routière. Des conducteurs dans plusieurs arrêts de bus continuent à transporter les gens comme avant la mesure.

Le Coronavirus comme une fiction à Lubumbashi, la population en parle de moins en moins malgré les multiples messages de sensibilisation diffusés dans les médias. Certains habitants de la capitale du cuivre plaident pour la réouverture des restaurants, des bars, des écoles, universités et églises.

Rédaction/Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer