Sommet de Luanda : «la solution est de rendre notre armée plus efficace en lui dotant des moyens nécessaires»(Francine Muyumba)

Le sommet RDC-Rwanda-Angola tenu mercredi 06 juillet à Luanda sous la médiation du président angolais et président en exercice de la conférence internationale sur la région des grands Lacs (CIRGL), Joâo Lourenço est très contesté dans le chef de la population congolaise. Les congolais remettent en cause la capacité du Rwanda à respecter les accords.

Dans une déclaration faite ce vendredi 07 juillet 2022, la sénatrice Francine Muyumba est monté au créneau pour dénoncer la résurgence des combats à l’Est du pays après que les deux chefs d’États soient parvenus à une feuille de route. En effet, l’ancienne présidente de l’Association Panafricaine de la jeunesse se remémore le passé trouble caractérisé par les pourparlers entre le gouvernement congolais et le Mouvement du 23 Mars (M23).

« A Luanda Il ya eu tripartite, Les deux chefs d’Etat Congolais et Rwandais sous la médiation du Président Angolais. A Luanda Il n’y a pas eu des pourparlers entre le gouvernement congolais & le M23. Les combats ont repris ce matin, donc le M23 piétine sur la feuille de route de Luanda», peut-on lire sur son compte Twitter.

Et dans la foulée, Francine Muyumba préconise d’équiper l’armée congolaise de tous les outils nécessaires afin qu’elle devienne compétitive et capable de relever le défi. Elle estime que les ennemis arrêteront de s’en prendre à la nation congolaise le jour qu’ils verront le pays doté d’une force armée en mesure de relever efficacement les défis sécuritaires.

« La solution c’est de rendre notre armée plus efficace en lui dotant des moyens conséquents et en mettant en place des mécanismes permettant de s’assurer de la bonne gestion de ces ressources. Une fois qu’ils apprendront que notre armée est renforcée, Ils jouerons plus avec nous», a-t-elle rajouté sur son compte Twitter.

Pour le compte de la plateforme l’opposition Lamuka conduite par le tandem Muzito et Fayulu, le député national, Jean-Baptiste Muhindo Kasweka estime que la feuille de route de Luanda est une « capitulation » de la République Démocratique du Congo devant son « bourreau » le Rwanda.

De leur côté, les élus nationaux de l’Union sacrée pour la Nation, famille politique du président Tshisekedi saluent les résolutions de cette rencontre qui, disent-ils, confirment l’acceptation par le Rwanda de son appui avéré au Mouvement terroriste du 23 mars (M23) et de son exploitation illégale des minerais de la RDC.

« Il faut se féliciter du lien qui était entre cette fausse rébellion avec l’exploitation des ressources naturelles. Il n’est pas normal que les pays qui n’ont pas le coltan, deviennent exportateurs du coltan qui est le fruit du pillage en République démocratique du Congo », a dit le député du MLC, Jacques Ndjoli.

En outre, le député national Gratien Iracan du parti politique « Ensemble pour la République », une composante de l’Union Sacrée, pense que les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) doivent être rééquipées pour que la RDC négocie en position de force.

Gaël Hombo/acturdc.com