Situation à Kwamouth : « Il s’agit d’un conflit intercommunautaire, je n’ai pas entendu parler des rwandais » (Cardinal Ambongo)

Devant la presse ce vendredi au centre Lindonge à Kinshasa, le cardinal Fridolin Ambongo fait la restitution de sa mission pastorale à Kwamouth dans le Maindombe où sévit le conflit intercommunautaire principalement entre les peuples Teke et Yaka.

Le prélat catholique a d’abord précisé le fait qu’il s’agit d’un conflit intercommunautaire plus large qui ne concerne pas seulement les peuples Teke-Yaka.

« On est en face des conflits intercommunautaires et non comme cela est décrit de manière simpliste comme conflit Teke/Yaka. La réalité est donc beaucoup plus complexe qu’on croit. De ce fait, plusieurs groupes ethniques de la RDC (les bangala, les batetela, les Balubas , les bambala …) sont d’une manière ou d’une autre concernés par ces conflits, même si les yaka sont majoritaires dans cette contrée. Pour les Teke, tous ceux qui ne sont pas les leurs sont rangés dans la catégorie Yaka« , dit le Cardinal Ambongo.

L’archevêque de Kinshasa fait savoir que tout part d’un conflit de terre né de la majoration de redevance coutumière.

« A l’origine, le territoire de Kwamouth apparrenait aux Teke. Mais au fil des années d’autres tribus sont venues s’y installer, soit en prenant des terres en location, soit en achetant des terres devenant ainsi des propriétaires, employant la main d’oeuvre qui vient de partout, des quartiers populaires de Kinshasa« , explique-t-il.

A la question d’une main noire qui se cache derrière ce conflit qui a fait plus de 170 morts le cardinal, répond : « Ce qu’on pourrait appeler une main noire, c’est ce que j’ai appelé la dimension politique c’est-à-dire une sorte de concurrence pour le contrôle de la terre et à cela s’ajoute le rôle trouble de ce faux Kiamfu qui est allé à Kwamouth pour installer un chef qui n’etait pas Teke. Cela qu’on peut dire qe il y a une noire qui part de Kinshasa pour le contrôle de cette terre« .

Et sur place le cardinal est formel , il n’a pas entendu parlé d’une présence étrangère, et notamment rwandaise.

« Je ne peux pas affirmer des choses que je n’ai pas entendu. Moi personnellement je n’ai rien observé et aucun de mes interlocuteurs ne nous ont parlé des gens venus d’ailleurs tout le monde nous a parlé d’un conflit de terre. On ne parle pas des rwandais là-bas », martèle-t-il

Le cardinal recommande entre autre aux autorités compétentes de tirer au claire le rôle joué par le faux Kiamfu Odon et le coordonnateur Willy dans la genèse et l’exacerbation de ces conflits intercommunautaires.

Il a appelle aussi les dirigeants à mettre sur pied une structure chargée de mener à bien le processus de dialogue et de réconciliation entre les parties en conflits./mediascongo.net