« Sammih Jamal a le droit de continuer son travail », selon son avocat Jamal Taleb

« Il est tout à fait naturel, qu’un entrepreneur qui a perdu, pour des raisons qui sont tout à fait étrangères à sa volonté, un marché de cette importance retrouve tout bêtement le droit de continuer son travail. C’est en tout cas, ce à quoi aspire M. Sammih Jamal », déclare sur Top Congo FM, Maitre Jamal Taleb, l’avocat parisien de l’homme d’affaires libanais, acquitté avec Vital Kamerhe de détournement de deniers publics dans le cadre du programme des 100 jours, volet construction des logements pour militaires.

« À partir du moment où vous êtes innocent, il n’y a pas de raison pour que vous ne soyez pas réhabilité dans vos droits », estime l’avocat qui égrène pour le compte de son client « les marchés cassés, des opportunités perdues, bref des préjudices très graves subis ».

Néanmoins, concède-t-il, « nous allons attendre de récupérer les détails de l’arrêt pour donner une réponse plus objective ».

En attendant, « laissons-lui le temps de savourer ce moment de liberté, de bonheur, d’être réhabilité dans sa justesse de sa position après on avisera », confie Maître Taleb, qui n’oublie pas, de « tirer son chapeau » à l’endroit de la justice congolaise.

Honneur à la justice congolaise

« Quand le droit Congolais se trompe, le droit Congolais corrige », commence-t-il avant d’attaquer : « On le dit depuis le début : Sammih Jamal n’est pas un agent public, il ne peut pas être auteur de détournement des biens publics. C’est un opérateur économique ».

L’avocat note que « la justice est humaine et c’est tout à l’honneur de la justice Congolaise qui retrouve ses lettres de noblesse ».

Laître Jamal Taleb reste convaincu qu' »il n’y a jamais magouille ou quoi que ce soit. Mais, une erreur judiciaire très grave qui a été commise. Cette erreur judiciaire a été corrigée par la même justice qui l’a commise »./mediascongo.net