RDC : une marche de soutien à l’Union sacrée de la nation organisée par le parti de Mbusa Nyamwisi à Goma et Beni

Le RCD-KML, parti de Mbusa Nyamwisi a organisé ce samedi à Goma et à Beni (Nord-Kivu), une marche de soutien à l’Union sacrée de la nation mise en place par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

A Goma, les militants et sympathisants du RCD-KML, de l’UDPS, du MLC et d’autres partis politiques sont partis du Terminus Katindo et ont chuté au centre-ville. A Beni, la manifestation s’est déroulée du rond-point ENRA jusqu’à la mairie de la ville.

« Nous pensons que l’Union sacrée de la nation est un cadre qui rencontre finalement les aspirations du peuple. Nous avons donc organisé cette activité pour également prendre acte des promesses du Chef de l’État pour le rétablissement de la paix et la sécurité au Nord-Kivu. Et pour cela, le RCD-KML de Mzee Mbusa Nyamwisi pense que le Président de la République mérite le soutien total », a dit Ngulumira Amini, président fédéral du RDC-KML au Nord-Kivu.

C’était également l’occasion pour les manifestants, de célébrer la destitution de Jeanine Mabunda à la tête de l’assemblée nationale.

« Vous voyez toute une masse compacte derrière moi en train de fêter la déchéance de Jeanine Mabunda. C’est pour également dire merci au Président de la République pour avoir amené tout le monde à participer à la reconstruction de notre pays. Le temps de distraction est révolu. Le Président veut maintenant travailler avec des gens sérieux », a pour sa part lancé Siradji Nyalamba, président fédéral de l’UDPS au Nord-Kivu.

Tout s’est déroulé dans le calme sous l’encadrement de la police nationale congolaise.

Félix Tshisekedi a décidé de mettre en place l’Union sacrée de la nation suite aux désaccords au sein de la coalition FCC-CACH qu’il avait formée avec son prédécesseur Joseph Kabila après les élections de décembre 2018 afin de gouverner le pays. Mais le Président de la République dit avoir constaté le blocage de sa vision par son partenaire politique qui a récolté la majorité au parlement. Cette dernière doit être reconfigurée, avait déclaré Félix Tshisekedi le 6 décembre dernier annonçant en même temps la fin de la coalition.  

Actualite.cd/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer