RDC : l’ONU exhorte les groupes armés à adhérer au processus de paix

Le Conseil de sécurité de l’ONU a exhorté, vendredi 3 juin, les groupes armés opérant dans l’Est de la RDC à participer sans condition au dialogue de Nairobi, facilité par le président kenyan, Uhuru Kenyatta.

Ce Conseil condamne tous les groupes armés qui écument l’Est du pays dont le M23, la Coopérative pour le développement du Congo, les FDLR, la RED Tabara, les Maï-Maï et autres.

Il s’insurge également contre les attaques récemment perpétrées contre les FARDC et la MONUSCO et exige la fin de toute forme de violences dans cette partie de la RDC.

Le Conseil de sécurité de l’ONU recommande à ces groupes armés de se dissoudre définitivement, de déposer les armes et de participer au Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation.

De même, il exhorte les rebelles étrangers, présents en RDC, à se désarmer et à retourner immédiatement et sans condition dans leurs pays d’origine respectifs.

« Le Conseil se déclare également préoccupé par la situation humanitaire dans l’Est de la RDC, aggravée par l’insécurité généralisée, notamment les activités déstabilisatrices des groupes armés et les attaques prenant les camps de personnes déplacées pour cible », a ajouté cette organisation.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a par ailleurs salué l’engagement des chefs d’Etat de la région pour l’instauration d’une paix durable en RDC et leur soutien à la MONUSCO.

Il souligne que l’élimination de la menace des groupes armés étrangers nécessitera une approche intégrée à l’échelle régionale et une forte volonté politique et demande la mise en œuvre des mesures non militaires.