RDC : Le Centre de G. Kambinga appelle Tshisekedi à organiser une « Conférence vérité et réconciliation » pour consolider la cohésion nationale

Pour maintenir et promouvoir la cohésion nationale qui est en danger, l’ex-ministre Germain Kambinga plaide pour l’organisation d’une « Conférence vérité et réconciliation ». 

Dans son échange avec les journalistes ce lundi 12 juillet à Kinshasa, Germain Kambinga a fait valoir son constat sur le déchirement de grandes communautés qui constituent la RDC et appelé le président Félix Tshisekedi à stopper « ce glissement de la société vers la haine et la division ».

« Le Centre appelle solennellement à la mise en place d’une Conférence vérité et réconciliation pour qu’ensemble les fils et filles de la RDC, avec le juste courage d’une unité nationale et en recherchant des valeurs morales anciennes mais précieuses, puissent travailler à la construction d’une vie nationale équilibrée et durable », a déclaré cet ancien ministre de l’Industrie.

Pour asseoir son propos, le centriste a évoqué, entre autres, la haine grandissante anti-Luba,  les conséquences des frustrations que nourrissent les communautés de base du Nord et Sud-Kivu lorsqu’elles suivent l’actualité judiciaire de leur fils Vital Kamerhe, le sentiment de vengeance qui anime la communauté du Bandundu qui ne digère guère le processus électoral de 2018 à cause de son ressortissant Martin Fayulu, et les ressentis des communautés katangaises après la situation judiciaire du pasteur Ngoy Mulunda, ainsi que la gymnastique législative qui pourrait priver l’un de leurs, Moïse Katumbi, de ses droits politiques. 

« Nous avons voulu énumérer ici de façon non exhaustive quelques unes des raisons qui alimentent cette haine grandissante et qu’il conviendrait de juguler à travers un dialogue non pas des politiques pour un partage conclusif des postes, mais des communautés de base d’abord et de l’ensemble des groupes sociaux dont les politiques ensuite », a-t-il suggéré.

Ce forum qu’il nomme « Conférence vérité et réconciliation » devra, selon lui, être convoqué avant les prochaines échéances électorales prévues en 2023 afin d’éviter une implosion définitive de la RDC.

« Excellence, monsieur le président de la République, il s’agit d’un impératif catégorique auquel notre pays n’a plus ni le temps ni les moyens de se soustraire au risque d’imploser définitivement. Réconcilier les Congolais, monsieur le président de la République sera sans doute le plus bel héritage que vous aurez laissé à cette belle nation et à la postérité lorsque vous aurez pris congé de vos charges », a martelé Germain Kambinga. 

Il a précisé que la démarche du Centre n’est pas celle de s’ériger en donneur de leçon mais bien celui d’un groupe politique qui, fidèle à sa vision, se veut être une force de proposition constructive pour la RDC. 

7sur7.cd

vous pourriez aussi aimer