RDC : La CENI bientôt dotée d’un Plan national d’information et de communication

Commission électorale nationale indépendante (CENI) veut se doter d’un plan national d’information et de communication. C’est dans ce sens qu’elle a lancé, ce mardi 12 juillet 2022, à Kinshasa, l’atelier de l’élaboration du plan national d’information et de communication.

Le go a été donné par Denis Kadima Kazadi, président de la Centrale électorale, qui, dans son mot, a épinglé l’importance de la communication dans les activités de son institution.

« Quand la communication n’est pas bien faite, on laisse la place à une autre communication qui peut ou ne pas être dans le sens de celle que vous désirez véhiculer. L’assemblée plénière de la CENI est appelée à adopter un plan national de communication institutionnelle et opérationnelle qui intègre les différentes dimensions correspondant à sa mission et à ses attributions. La nouvelle équipe que je dirige a, dès son investiture, procédé à un diagnostic sans complaisance de la communication de la CENI et en a défini, lors du séminaire d’imprégnation de ses membres organisé en 2021, les grands axes à améliorer. Il s’agit notamment de la recherche d’une nouvelle identité, d’une nouvelle image de marque et d’une crédibilité renouvelée de la CENI en tant qu’institution d’appui à la démocratie chargée d’organiser, en toute indépendance, neutralité et impartialité, les scrutins démocratiques et transparents », a-t-il dit.

Pour lui, cette démarche ne se limitera pas par des mots et des discours mais plus par des actes, car la CENI ne peut pas avoir un double langage.

« Nous devrons calibrer notre communication qui ne doit nullement être mensongère, en disant des choses que nous ne faisons pas. Cela ne se fera aucunement de cette manière. Nous dirons ce que nous faisons, quand nous avons des difficultés nous allons le faire savoir. Si on écrit des choses sur nous dans les journaux, nous allons répondre si c’est nécessaire. Nous dirons la vérité évidemment en maintenant la paix sociale. Cette nouvelle image doit être comprise comme le renouvellement de la crédibilité, de la transparence du processus électoral et d’une meilleure inclusion de toutes les parties prenantes », a déclaré le numéro un de la CENI.

Et d’ajouter : « Les actes doivent suivre les paroles. Il y a de bonnes habitudes que nous avons trouvées, mais il y en a d’autres qui doivent être modifiées. Certaines personnes résistent au changement tenant des discours du rebranding (bien plus qu’une philosophie prônant la nouvelle image de l’entreprise à redorer), mais agissent à contre-courant. Nous n’allons pas permettre que cela se développe. De cette nouvelle image dépend la stabilité du pays et si nous faisons les choses comme par le passé, nous aurons contribué à sa déstabilisation. Ainsi, nous devrons communiquer et cette communication doit être sincère ».

Cet atelier bénéficie de l’expertise du monde scientifique représenté par le professeur émérite, Jean Chrétien Ekambo, et le professeur associé Claude Mukeba, dont les interventions contribueront à l’élaboration du plan national d’information et de communication de la CENI. Cet outil sera soumis, au terme des travaux, à la validation de l’assemblée plénière de la CENI.

Les participants à ces assises de deux jours, soit du 12 au 14 juillet, sont issus du personnel du cabinet de la CENI et du Secrétariat exécutif national représenté par trois directeurs, à savoir Jean-Baptiste Itipo (Communication), Désiré Molekela Ébène (Sensibilisation) et Nicaise Ibula (Archives).

Acturdc.com