Nord-Kivu: la Monusco condamne «vigoureusement» le regain des violences à Butembo et exprime sa solidarité aux autorités congolais

La Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) a, dans un communiqué de presse publié le vendredi 12 août, condamné de manière vigoureuse le regain de violences à Butembo dans la province du Nord-Kivu. Elle a par ailleurs exprimé sa solidarité au gouvernement congolais qui a perdu 4 policiers ce même vendredi au cours d’une nouvelle attaque attribuée aux rebelles Maï-Maï.

Cependant, la force onusienne exprime sa solidarité aux autorités congolaises à la suite de « l’assassinat d’agents des forces de défense et de sécurité et des membres de la population civile dans la ville ».

« La Mission est extrêmement préoccupée par l’hostilité grandissante, les menaces contre la population, les agents assermentés et le personnel des Nations Unies. Elle déplore également les nombreux actes de vandalisme constatés sur place », rapporte le communiqué parvenu à acturdc.com.

En outre, la Monusco appelle à « l’apaisement et à la responsabilité tous les acteurs politiques et de la société civile, les autorités coutumières et religieuses, et les populations locales pour le rétablissement de la loi et de l’ordre à Butembo ».

La situation est tendue à Butembo depuis le début de la semaine. Mercredi, trois personnes, dont deux policiers, ont été tuées et plus de 800 détenus se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi pendant l’attaque de la prison centrale de Kakwangura à Butembo.

Selon les autorités militaires, cette attaque est l’œuvre des ADF, avec la complicité de miliciens Maï-Maï locaux. L’opération a permis la libération d’un combattant ADF ainsi que de douze femmes identifiées comme ayant des liens avec ces combattants.

Roger AMANI