Les 10 propositions de Delly Sesanga aidant à réduire le train de vie des institutions

Delly Sesanga, député national et président du parti Envol a, dans un document rendu public, ce lundi 22 novembre 2021, dont une copie est parvenue à la Rédaction de acturdc.com, fait 10 propositions dans le cadre de la réduction du train de vie des institutions, pour aider l’État à économiser jusqu’à 635 millions de dollars américains.

Selon l’élu du peuple, « la réduction du train de vie des institutions permettra à la nation d’exercer une distribution équitable des revenus». La prise en compte de toutes les parties engagées dans la marche vers l’excellence souhaité se doit d’être un impératif absolu.

Il s’agit de :

  1. La réduction à 250 membres de l’effectif du cabinet du président de la République qui pourrait rationaliser jusqu’à 100 millions $ ;
  2. La réduction de la taille du gouvernement à 35 membres, soit 25 ministres et 10 vice-ministres qui permettra de faire des économies de 45 millions $ ;
  3. La réduction du coût de fonctionnement de l’Assemblée nationale et du Sénat qui pourrait générer jusqu’à 130 millions $ ;
  4. La rationalisation des missions officielles en mettant fin au traffic des missions de la présidence, ministères et autres services publics de l’État afin d’économiser 50 millions $ ;
  5. L’abrogation des décrets portant sur les avantages et devoirs reconnus aux anciens premiers ministres et aux anciens membres du gouvernement ;
  6. La révision du régime des avantages accordés aux anciens présidents de la République et la limitation dans le temps des avantages accordés aux anciens chefs de corps ;
  7. La rationalisation du statut des membres des institutions d’appui à la démocratie, la dissolution du CNSA, la suppression de nombreux organismes administratifs rattachés à la présidence ;
  8. La suppression des féodalités fiscales instituées en rente de situation au profit des organismes inefficients et détournées de leur mission légale ( FONER, ARPTC, FPI, le go-pass etc..) ;
  9. La réduction de la taille de l’Assemblée nationale de 500 membres à entre 300 et 350 députés à partir de la 4ème législature. Cela permettra de faire des économies d’environ 22 millions $ et ;
  10. Le renforcement légal de la gestion budgétaire des provinces qui permettra de mettre fin à leur endettement désordonné, et donner lieu à une meilleure allocation des ressources publiques.

Il convient de retenir que cette proposition intervient quelques jours après que le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund ait demandé la réduction des revenus des autorités publiques lors de l’examen de budget 2022 à la chambre basse du parlement congolais. Selon lui, « il était très important pour les représentants du peuple de faire des sacrifices autant qu’en fait la population».

Gaël Hombo/acturdc.com