Le Centre météorologique national annonce une possible décrue du fleuve Congo fin janvier-début février

Le   Centre météorologique national a annoncé, en fin de semaine dernière, la décrue du fleuve Congo entre fin janvier et début février.

Augustin Tagisabo, chef de division à ce centre a affirmé que selon leurs analyses, il y a déjà diminution d’eau à l’ouest de la RDC y compris dans la ville de Kinshasa.

Les riverains peuvent ainsi espérer une baisse des inondations dans leurs régions.

« Actuellement et selon les analyses que nous venons de faire, et la prévision saisonnière que nous venons de faire, il y a déjà diminution au niveau de l’ouest de la RDC y compris de la ville de Kinshasa, le Bandundu, Kongo-Central, Inongo mais seulement une partie de la province de Katanga et des Kasaï qui sont encore affectés par certains moments des pluies, mais il y a une baisse déjà des précipitations ce qui va entrainer aussi baisse des eaux d’inondations »,  a indiqué cet expert  en météorologie.

De nombreux habitants de plusieurs sites à travers la RDC ont perdu leurs domiciles et des biens, à la suite des inondations provoquées par la montée des eaux du fleuve Congo et ses affluents.  

Mesures sécuritaires face aux inondations à Tshopo

Au regard de la crue du fleuve Congo et l’ampleur des inondations dans les citées situées sur ses rives dans la province de Tshopo, les autorités ont interdit les navigations nocturnes sur le fleuve Congo et ses affluents.

« La navigation nocturne ou bien la traversée des deux rives pendant la nuit est strictement interdite. Toute embarcation qui veut quitter le port doit se préparer de 7h00 à 15h30. Si vous ne quittez pas le port avant 15h30, sachez-le très bien que vous allez reporter votre voyage pour demain matin », a fait savoir Didier Bolangi, commissaire fluvial provincial.

Le nombre des passagers et le tonnage des marchandises dans des baleinières sont également limités.

« Pour les amis de APETRAP, ceux qui traversent avec des pagaies nous avons limité le nombre a 7 personnes plus 3 pagayeurs ce qui fait 10. Pour nos amis de ANAFLUKIS, pirogues motorisées, ils peuvent embarquer tout au plus 15 personnes. Et pour l’APETRAP c’est à 18h juste qu’on arrête et pour l’ANAFLUKIS c’est plus tard 20h00 qu’on doit arrêter. Le port des gilets dans toutes embarcations sont obligatoires », a ajouté Didier Bolangi.  

Il en appelle à la conscience de tous pour respecter et faire respecter toutes ces mesures de précaution :

« Le respect de tonnage est strictement de rigueur, l’entretien de installations portuaires doit être respecté par les tenanciers des ports, la prise de conscience aussi du personnel naviguant aux normes de la navigation, nous sommes derrière ces dispositions, ceux qui ne vont pas respecter vont subir la rigueur de la loi… »  

Ces mesures sécuritaires de navigation ont été prises en fin de semaine dernière, « dans le souci d’épargner la population d’autres conséquences notamment les noyades pendant cette période de fortes inondations », a rappelé le commissaire fluvial provincial.

/radiookapi.net