Kinshasa/EPST: Jean Marc Kabund alerte le détournement des fonds alloués à la construction de plus de 300 écoles

Jean Marc Kabund a dénoncé le détournement de plusieurs millions de dollars alloués à la construction de plus de 300 écoles dans la ville de Kinshasa. Le 1er vice-président de l’Assemblée Nationale a estimé que le coût de 450.000 USD pour seulement 6 salles des classes est colossal, comparativement au coût de 350.000$ sorti par lui-même pour servir aux travaux de construction de 12 salles des classes à Kisenso.

“Hier, j’ai discuté avec un responsable politique de ce pays autour de ce projet. Quand je lui ai dit le montant, tout de suite, il est scandalisé. Il me dit président ce n’est pas vrai. Est-ce que ce que tu dis est vrai ? J’ai dit mais oui. Il m’a dit, président as-tu appris qu’il y a un projet de construction de 350 écoles? J’ai dit oui. Ce projet, vous vous en douterez, d’ailleurs qui consiste à la construction des écoles préfabriquées, pour un montant de 450.000$ ces gens vont construire 6 salles des classes, plus petites que celles que moi j’ai construites, sans les annexes que moi j’ai faites. Vous vous imaginez ? Et c’est de cette façon que nous allons soutenir la vision du Chef de l’État ? Quand je fais mes calculs, l’État congolais va perdre plusieurs millions USD dans ce contrat”, a affirmé Jean Marc Kabund.

Dans la foulée, Jean Marc Kabund a demandé aux députés nationaux de se saisir de ce dossier pour établir les responsabilités. Il leur a fait savoir qu’il était temps de prendre en main la situation avant que l’inspection Générale des Finances ne s’en saisisse.

“Honorables députés, vous êtes là vous m’écoutez. N’attendez pas que l’IGF tombe sur le dossier pour commencer à dire qu’elle prend tous les dossiers. Voilà un dossier que je mets à votre disposition”, a-t-il dit.

Pour le président as intérim de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), les auteurs de cette magouille n’ont appris de leurs prédécesseurs. Cet acte est un détournement scientifique et par conséquent, ils doivent être mis aux arrêts.

“C’est anormal que le projet qu n’atteint pas le 50% de ce que j’ai fait ici, que sa soit en qualité ou en quantité, puisse coûter plus que ce que j’ai fait ici. D’où, ça crédite ma thèse de détournement scientifique derrière des contrats publics. Certains dirigeants n’ont pas tiré les conséquences des procès qui se sont passés dans ce pays. Ils continuent à voler l’Etat à travers les contrats qu’ils ont le pouvoir de signer au nom de la république”, a-t-il précisé.

Pour Jean Marc Kabund, si la thèse du détournement scientifique est approuvée, il faudra ouvrir un procès pour que les auteurs subissent la rigueur de la loi.


Gaël Hombo/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer