Katumbi condamne l’attaque contre le Palais de la Nation et la résidence de Kamerhe

Quatre assaillants ont été tués et quarante autres capturés à la suite de l’attaque survenue dimanche matin à Kinshasa, un incident que les autorités congolaises décrivent comme une tentative de coup d’État. Parmi les morts figure Christian Malanga, ancien capitaine de l’Armée congolaise et résident aux États-Unis, qui était à la tête du groupe insurgé.

Les réactions politiques n’ont pas tardé à affluer, exprimant diverses opinions sur cet événement.

Olivier Kamitatu, directeur de cabinet de Moise Katumbi, a déclaré : « Quelle que soit la nature des revendications politiques, le recours à la violence ne peut être une option pour la paix, la stabilité et le développement auxquels aspirent tous les Congolais ! Moise Katumbi condamne le coup de force opéré hier au Palais de la Nation ainsi que la tentative d’assassinat de Vital Kamerhe. Toute la lumière doit être établie et les responsabilités dressées sur la nature des événements qui ont provoqué ces pertes en vies humaines dans notre capitale. La recherche de la vérité ne peut conduire à des arrestations arbitraires et des jugements expéditifs. Faute de quoi, jamais la RDC ne sortira du cycle de violences dans lequel elle est enlisée. Sous aucun prétexte, le sang des Congolais ne doit être versé par d’autres Congolais. »

De son côté, Devos Kitoko, secrétaire général du parti ECIDE, le parti de Martin Fayulu, a exprimé ses préoccupations : « Face à ce théâtre dangereux en cours, je demande à la Monusco de déployer une unité de protection autour de l’hôtel Faden afin de prévenir tout dérapage ou toute surprise désagréable contre l’intégrité physique du seul et unique espoir des Congolais. »

Le parti au pouvoir, l’UDPS, n’a encore rien dit. Le FCC de Joseph Kabila n’a pas non plus communiqué.

Les autorités congolaises continuent de mener des enquêtes pour déterminer les circonstances exactes de ces évènements et pour identifier tous les responsables impliqués. 

/actualité.cd