Justice : le collectif « Free Beya » contacte Tshisekedi pour alerter sur l’urgence d’une prise en charge médicale en faveur de François Beya

Le collectif « Free Beya » a, une nouvelle fois, adressé une lettre au président de la République, Félix Tshisekedi pour alerter sur l’urgence d’une prise en charge médicale en faveur de François Beya, ancien conseiller du chef de l’État en matière de sécurité.

Dans cette lettre parvenue à notre rédaction, le collectif Free Beya réitère son souhait de voir le président de la République s’impliquer personnellement dans ce dossier pour mettre un terme aux «violations des droits et libertés» de son ancien conseillé spécial en matière de sécurité.

« Il n’y a rien qui justifie la privation de soins adéquats qui lui est infligée. C’est ainsi que le Collectif sollicite une fois de plus votre implication personnelle, en tant que magistrat suprême, afin que François Beya Kasonga soit correctement pris en charge par ses médecins dont les avis ont prouvé l’urgence de la situation sanitaire », indique cette structure.

Rappelant les circonstances de la détention de cette personnalité, le collectif Free Beya note que l’état de santé de l’ancien « monsieur sécurité » du chef de l’État n’a jamais constitué une préoccupation pour les services de renseignement, alors qu’il était malade lors de son arrestation.

« François Beya Kasonga était malade alors qu’on procédait à une arrestation et à sa conduite manu militari vers les locaux de l’ANR. Depuis cette arrestation et tout le long de sa détention à l’ANR puis à la prison centrale, ce dernier n’a pu bénéficier de soins médicaux adéquats auxquels il a pourtant droit, tel que garanti par la constitution en son article 18 qui stipule que tout détenu doit bénéficier d’un traitement qui préserve sa vie, sa santé physique et mentale ainsi que sa dignité », ajoute-t-il.

Rappelons que François Beya est accusé d’atteinte à la sûreté nationale. Cependant, le collectif Free Beya parle d’une affaire politique.

Acturdc.com