Guerre à l’Est : Ghislain Mufunza Bayengo suggère le recrutement des élèves finalistes dans l’armée pour faire face aux rebelles

Ghislain Mufunza Bayengo, député provincial élu de la ville de Béni a, dans une lettre ouverte adressée au président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, suggéré le recrutement des élèves finalistes au sein de l’armée congolaise pour faire face aux violences meurtrières causées par des rebelles dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Il ne jure que par le recrutement obligatoire des finalistes du secondaire au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo. Il souhaite le relèvement des troupes qui y sont déployées et propose que les provinces du Nord-Kivu et de l’ituri soient déclarées comme des « zones sinistrées ».

Il explique qu’avec seulement l’année scolaire 2022, il y a possibilité de compter plus de 900.000 finalistes du secondaire qui peuvent renforcer l’armée sans ceux du secteur technique et professionnel et de l’Enseignement supérieur et Universitaire, aux côtés de plusieurs autres jeunes volontaires.

« L’effectivité de cette proposition doterait le pays de près de 1000.000 d’hommes et femmes réservistes bien formés et prêts à combattre les ennemis de la République, et à défendre l’intégrité du territoire national. Je plaide auprès du Chef de l’État Congolais en sa qualité de garant de bon fonctionnement des institutions du pays à déclarer les provinces du Nord Kivu et de l’ituri zones sinistrées vues les atrocités, illustrées par des carnages, pillages et incendies des véhicules et capitaux, des maisons d’habitation dans les agglomérations », lit-on dans ce document.

Dans la foulée, cet élu rappelle la nécessité de voir plusieurs autres de ses propositions être prises en compte par le Président de la République notamment celle portant sur le renforcement de pouvoir des autorités de base, chefs des quartiers, des cellules ainsi que des avenues.

« Je fonde mes demarches sur les souffrances de la population dans les agglomérations des secteurs de Ruwenzori, de Beni-Mbau et des chefferies de Watalinga et Bashu, ainsi que la récente incursion des rebelles ADF en cellule Kithahomba, au quartier Rwangoma. J’exhorte au renforcement de l’autorité de base », poursuit-il.

Depuis un temps, des voies se lèvent pour decrier l’insécurité grandissante dans la partie Est du pays imposée notamment par les rebelles ADF et leurs alliés dans les territoires de Beni, Irumu et Mambasa, la milice CODECO en Djugu et les M23 dans les Rutshuru et Nyiragongo.

Acturdc.com