Guerre à l’Est : Ensemble pour la République répond à l’appel du Chef de l’Etat

Le parti Ensemble pour la République a, ce mardi 08 novembre 2022 dans une déclaration sur la guerre à l’Est et l’appel du Chef de l’Etat dont une copie est parvenue à notre rédaction, annoncé répondre favorablement à l’appel du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo au nom de l’intérêt supérieur de la nation.

En effet, le parti de Moïse Katumbi qui répond à l’appel du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo indique que ces genres d’appels manquent parfois des décisions sérieusement devant conduire à des résultats positifs. Ici, le Charman Moïse Katumbi Tshapwe et son parti aimeraient que l’appel soit suivi des mesures nécessaires devant amener la nation à remporter la victoire sur tous les fronts. Ici, dit-il, il est impératif de traiter les causes que les conséquences.

Pour résoudre la question de la guerre à l’Est du pays, le parti Ensemble pour la République préconise quelques alternatives nécessaires :

Sur le plan militaire:

  • Doter les soldats qui sont déployés au front des moyens dignes en comparaison de ceux sont alloués aux institutions; nos forces armées doivent se sentir soutenues, encadrées, motivees et bien payées;
  • Mobilisées les moyens financiers pour soigner nos blessés et soutenir les veuves et les orphelins dont la situation de précarité actuelle est un élément de démotivation de nos troupes au front;
  • Éviter de recourir aux troupes étrangères dont les gouvernements sont accusés ou soupçonnés de préter main forte aux rebelles et autres groupes armés;
  • Faire appel aux troupes d’un allié solide, constant et impartial comme l’Angola, capable de soutenir les FARDC et d’appuyer leur réorganisation;

Sur le plan institutionnel et politique:

  • Réduire le train de vie de l’Etat et affecter prioritairement les recettes et ressources actuellement mobilisées au profit des victimes de la guerre;
  • Décréter les provinces de I’Est comme zones sinistrées et accélérer l’effort de leur intégration dans l’économie nationale;
  • Mettre un terme à l’instrumentalisation des institutions, en particulier le pouvoir judiciaire, et libérer les prisonniers politiques et d’opinion, les opposants et les journalistes;
  • Combattre vigoureusement l’ethnicisation et la tribalisation de l’Etat et des services pubilics;
  • Mettre fin à la fraude, la corruption, les détournements des deniers publics dont la persistance tend à établir durablement une culture d’impunité ;
  • Recréer la confiance entre les principaux acteurs politiques et sociaux ainsi que les différentes communautés qui composent la Nation congolaise en vue de préserver le pacte républicain issu du processus de Sun City;
  • Assurer la tenue des élections régulières, transparentes, inclusives dans le respect de la Constitution pour garantir une légitimité incontestable aux dirigeants élus.

Sur le plan diplomatique:

  • Appuyer les efforts du processus de Luanda.

Pour conclure, Ensemble pour la République a dénoncé l’émergence des discours de discrimination ethnique et a demandé à ce que les auteurs de ces derniers soient sérieusement punis au regard de la loi. Pour Moïse Katumbi et son parti, c’est encore possible de gagner la guerre contre le Rwanda en ayant la volonté.

Gaël Hombo/acturdc.com