Guerre à l’Est : au moins 30 enfants enlevés dans les attaques du 7 et le 11 juillet

Le bilan des atrocités qui se seraient passés à l’Est de la République du 07 au 11 juillet reste flou malgré l’implication de quelques organismes internationaux. Selon la MONUSCO au moins 20 personnes, dont deux enfants, ont été tués et un grand nombre de civils, dont 30 enfants, enlevés lors des activités rebelles au Nord-Kivu et en Ituri. Des centaines de maisons ont été incendiées entrainant le déplacement de centaines de civils.

Ces attaques se sont déroulées à Lume où un centre de santé a été incendié et dans les villages de Malulu, Matete, Busiyo, Sengi et Matonge.

En réaction, la MONUSCO a déployé des forces de réaction rapide pour fournir une protection physique immédiate et un soutien aux personnes dans les zones touchées. A Busiyo, à 72 km au sud- ouest de Bunia, les casques bleus ont échangé des coups de feu avec les assaillants, les forçant à se retirer du village, rapporte la mission onusienne.

A Matonge, la Mission a envoyé une force de réaction rapide dans la nuit du 11 juillet alors qu’une attaque contre l’armée congolaise avait lieu. Là aussi, les militaires de la MONUSCO ont été pris pour cible par les ADF

Actuellement, les forces de la MONUSCO sont établies sur une série de positions en liaison avec les FARDC.

« Les unités réarticulées de la Brigade d’intervention de la force, ont adopté des positions défensives à Kabindi, Rwanguba et Rukoro. Des nouveaux postes ont été créés à Rumangabo en vue d’assurer la liberté de mouvement de la population civile le long de la Route Nationale 2 », explique Major Abdouli Bariou Alao Salou, du Bureau d’information publique militaire de la MONUSCO.

La Force de la MONUSCO continue aussi d’effectuer des patrouilles jour/nuit, des patrouilles de longue portée, des reconnaissances aériennes, des patrouilles conjointes, des escortes et de nombreuses activités opérationnelles.

« Aussi, afin d’assurer la protection des civils, et malgré les agressions du M23, les forces de la MONUSCO ont effectué plusieurs patrouilles dans la région au cours du mois dernier y compris plusieurs patrouilles à longue portée et des patrouilles nocturnes. Une assistance importante a été fournie aux forces FARDC par la MONUSCO, notamment sous la forme de soutien aérien (survols de renseignement, de surveillance et de reconnaissance) ».

Et d’ajouter:

« D’autres activités menées par les Forces de la MONUSCO dans le territoire de Rutshuru comprennent la conduite de patrouilles de surveillance le long de la RN-2, l’aide au passage et à la protection des personnes déplacées internes et la fourniture d’une assistance médicale aux Forces des FARDC et aux civils chaque fois que nécessaire ».

En outre, la Force de la MONUSCO assiste également en permanence les Forces de sécurité du gouvernement de la RDC en matière de soutien logistique, de renseignement, d’orientation opérationnelle, de soutien médical, et surtout, de formation dans le but de renforcer la relation avec les FARDC dans la protection des civils, explique le Major Abdouli Bariou Alao Salou.

Gaël Hombo/acturdc.com