Guerre à l’Est : 2 militaires tués et 5 autres blessés dans une nouvelle attaque de M23 à Jomba

Les FARDC réitèrent leurs accusations contre le Rwanda. Pour l’Armée congolaise, il ne fait l’ombre d’aucun doute. Le M23 reçoit un appui de Kigali. « L’usage des canons à longue portée témoigne du soutien que le M23 bénéficie de son allié naturel », a dit dans un communiqué le Général de Brigade Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu. Cette sortie médiatique fait suite à la reprise des combats ce lundi 6 juin dans le territoire de Rutshuru. L’Armée congolaise rapporte que des obus de canon ont été tirés « par les terroristes du M23 sont tombés aux alentours de la position FARDC de BUGUSA, au Groupement de JOMBA ». Lesquels obus ont tué, d’après le Général de Brigade Sylvain Ekenge, deux militaires et en a blessé cinq autres.

Les FARDC se sont également référées aux nombreuses réactions de la communauté internationale sur les récentes attaques.

« Cette énième attaque intervient malgré les appels lancés au M23 par les instances africaines et internationales, et en dépit de la réunion de GOMA des Chefs de Défense de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est consacrée à la recherche des solutions aux problèmes sécuritaires dans cette espace communautaire », ajoute t-il.

L’Armée congolaise a réitéré aussi son engagement: « Face à cette situation et aux intentions belliqueuses du M23, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ne sont pas restées les bras croisés. Elles continuent de pilonner les positions des terroristes du M23 depuis les petites heures de ce lundi ».

Les efforts de dialogue entamés depuis une semaine entre Kigali et Kinshasa ne semblent pas (encore) porter des fruits, du moins jusque-là. Hormis Félix Tshisekedi qui s’est rendu personnellement en Angola et au Congo-Brazzaville, Christophe Lutundula a aussi déployé la machine diplomatique. Les messages des organisations comme l’ONU, l’UE ou encore l’UA condamnent le M23, appellent à la désescalade, et au dialogue sans forcément condamner ouvertement Paul Kagame. Pourtant, pour Félix Tshisekedi, il n’y a point de doute: Paul Kagame est derrière le M23. Juang Xia, Envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la région des Grands Lacs, s’était rendu la semaine dernière à Goma et à Kigali. Il a échangé avec les autorités des deux pays pour calmer les esprits. Visiblement, la reprise de ces combats démontre que le message n’a pas été entendu.