Félix Tshisekedi : la RDC « est victime d’une agression lâche et barbare de la part du Rwanda »

À l’occasion du 42ème sommet des chefs d’États et de gouvernement de la SADC, tenu à Kinshasa le mercredi 17 août 2022, le président Félix Antoine Tshisekedi a remercié la communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), pour sa solidarité avec le peuple congolais au moment où, dénonce-t-il, son pays « est victime d’une agression lâche et barbare » de la part du Rwanda.

Le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi se dit être « le premier déçu par ce que la RDC vit » à cause du Rwanda qui « pose problème ». Et rappelle qu’il a visité tous les 9 pays voisins de la République Démocratique du Congo pour le retour de la paix à l’Est mais sans « succès ».

Ayant pris le bâton de commande de cette organisation régionale, le président Félix Tshisekedi a, exprimé sa reconnaissance à l’Afrique du Sud, au Malawi et à la Tanzanie, « dont les vaillants soldats partagent leur sort avec les nôtres, au prix du sacrifice suprême, pour que la paix revienne dans la partie Est de notre pays ».

La déclaration musclée de Félix Tshisekedi intervient quelques jours après que le rapport du groupe d’experts de l’ONU ait confirmé, notamment des attaques de l’armée rwandaise contre les positions des Forces armées de la RDC ainsi que le soutien direct du Rwanda aux rebelles M23. Kinshasa a ainsi invité l’ONU à prendre des sanctions contre Kigali, qui continue à rejeter les accusations du gouvernement congolais.

Par ailleurs, le sommet de la SADC se tient sous le thème : « promouvoir l’industrialisation au moyen de l’agro-transformation, la valorisation des minéraux et du développement des chaînes de valeur régionales en vue d’atteindre une croissance économique inclusive et durable ».

Dans ce cadre, Félix Tshisekedi a promis qu’au cours de son mandat, il s’emploiera à promouvoir l’industrialisation au moyen de l’agro-transformation, de la valorisation des minéraux et des chaînes de valeur régionales, afin d’atteindre une croissance économique inclusive et durable, et ce, en travaillant de concert avec les États membres, le secteur privé et les partenaires au développement.

Roger AMANI