Equateur: quatre députés provinciaux visés par des mandats d’amener pour corruption lors des sénatoriales

Selon une plainte déposée par Wina Lokondo, candidat du Mouvement de Libération du Congo, MLC, des élus provinciaux de l’Equateur sont accusés d’avoir monnayé leurs voix pendant l’élection des sénateurs d’avril 2019.

Tout est parti d’une plainte déposée par Wina Lokondo, candidat du MLC de Jean-Pierre Bemba. Il n’a pas compris comment il n’a pu engranger qu’une seule voix alors que son parti compte quatre députés à l’Assemblée provinciale de l’Équateur.

Le procureur général près la Cour d’appel de Mbandaka a lancé des mandats d’amener contre le vice-président de l’organe délibérant, Alexis Nkumu du MLC, le rapporteur Lopose Peter du regroupement PALU-A, le questeur Ruphin Elodji toujours du MLC ainsi que la présidente de la commission économico-financière Marie-José Molebo, également du MLC.

Réaction de défiance des députés provinciaux

Excédés, 20 députés provinciaux sur les 21 que compte l’Assemblée provinciale de l’Équateur ont voté, mercredi, une recommandation demandant au gouverneur de la province de déclarer le procureur général près la Cour d’appel de Mbandaka persona non grata. Pour eux, le procureur ne peut poursuivre leurs collègues en pleine session parlementaire, surtout qu’il n’y a pas, selon eux, de cas de flagrant délit.

Pour sa part, le procureur maintient les mandats d’amener, qui ont une validité de trois mois. Il soutient que l’acte qu’il a posé doit être exécuté et il qu’il n’a de compte à rendre qu’à sa hiérarchie.

Mediacongo.net