Culture : lancement officiel du Prix littéraire La Palmeraie à Lubumbashi

Lors de son premier talk avec le public lushois, le collectif littéraire La Palmeraie a annoncé le lancement d’un prix littéraire pour les jeunes écritures.

La Palmeraie, qui réunit cinq jeunes écrivains de Lubumbashi, Carl Kalire, Patrick Kasongo, Keke Nestor, Nathan Ilunga et Iragi Elisha, a annoncé la création d’un prix littéraire, Prix La Palmeraie, destiné aux jeunes âgés de 14 à 24 ans. L’annonce a été faite lors de la première rencontre du collectif depuis la sortie du livre (le 24 juillet 2019) ce samedi à l’Institut Français de Lubumbashi.

D’après les informations livrées lors de la discussion, le Prix La Palmeraie veut « remettre la nouvelle et l’écriture des jeunes sur l’échiquier de la production littéraire à Lubumbashi et en RDC ». L’envoi des textes, un seul par auteur, débutera le 1er juillet 2022 et ira jusqu’au 30 septembre. Un jury procèdera à la sélection des textes pour une deuxième étape avant que douze textes lauréats ne soient désignés par un collège d’écrivains reconnus et des critiques littéraires. Il s’en suivra une cérémonie de remise de prix dans les semaines suivant l’édition du livre. Le premier recueil de nouvelles du prix littéraire La Palmeraie sera édité chez Calures éditions, basé à Lubumbashi.

« Chaque lauréat ou lauréate bénéficie des conseils et du parrainage d’un des écrivains ou écrivaines du jury afin de finaliser l’écriture de son texte », précise le règlement du concours. Le thème sera libre et les jeunes écoliers auront droit au prix spécial du Jury, qui portera le nom de Cédric Mali.

« Célébrer la langue française »

Lors du talk, les jeunes écrivains ont présenté leur recueil de nouvelles « Le Partage (ensanglanté) du gâteau », publié en 2019 aux éditions Bahû-Bab du professeur Adnan Haddad, dont deux extraits de nouvelles « Sur les rives du Sankuru » et la « Le Professeur Likamwa Musantu; histoire d’un moralisateur démoralisé » ont été lus pour le public. Une partie du public présent, constitué des enseignants, des opérateurs culturels, des jeunes écrivains ou des auteurs confirmés, s’est procuré des exemplaires du livre.

Marine Leloup, directrice de l’Institut Français, a salué une initiative « première à Lubumbashi pour un talk qui est un autre moyen de célébrer la langue française, la francophonie et la littérature », tout en assurant que son institution reste disponible pour soutenir les jeunes et le milieu culturel de la ville.

Patrick Kasongo, un des membres du collectif et lauréat au 37è Prix du Jeune Écrivain francophone (PJE) 2021, en a profité pour partager son expérience sur son prix, tout en encourageant les jeunes à « prendre en main l’écriture pour se l’approprier en tant que genre littéraire. » Il a déploré que la société « omettait d’enseigner aux jeunes que la réussite n’est pas que financière, mais peut-être littéraire. » La Palmeraie assure posséder d’autres projets en gestation qui « restent inédits, le temps de les peaufiner ». Selon nos informations, il s’agirait d’un projet d’édition avec des écrivains congolais, mais le thème reste à définir.

Acturdc.com