Conflits communautaires en RDC : Félix Tshisekedi interpelle les gouverneurs des provinces

Lors du conseil des ministres du vendredi 14 octobre à Kinshasa, le Président de la République, Félix Tshisekedi a appelé tous les gouverneurs des provinces à activer les mécanismes de veille et de prévention des conflits communautaires, afin de prévenir et de favoriser la cohésion provinciale. Cette interpellation fait suite notamment à un conflit foncier, qui a jeté dans la rue les habitants de tout un village au Kongo-Central.

A la suite d’une décision judiciaire, les habitants du village Kimbongo dans le secteur Boko, territoire de Mbanza-Ngungu au Kongo-Central, avaient été chassés de leurs habitations et dépossédés de leurs terres en septembre dernier.

Selon le compte rendu du conseil des ministres du vendredi dernier, le chef de l’Etat a été saisi de cette situation et d’autres conflits fonciers nés de l’application des décisions judiciaires et administratives qui se sont soldées par le délogement des populations locales de leurs villages. Ces délogements sont souvent accompagnés des actes de violence déplorables ; telle que la destruction méchante des habitations, et, plus grave encore, la profanation des cimetières dans le territoire de Mbanza-Ngungu.

Félix Antoine Tshisekedi a jugé inadmissible, l’usage de pratiques illégales frisant le banditisme dans les transactions foncières en milieux coutumiers. Ces pratiques, qui se font dans certains cas avec la complicité des autorités judiciaires et politico-administratives, viennent perturber durablement la paix sociale au sein d’une même communauté locale.

« En dépossédant ainsi les paysans de leurs terres, il est porté atteinte à leurs droits socio-économiques », indique le compte-rendu du conseil des ministres. 

Sur un ton ferme, poursuit le document, le Président de la République a rappelé son intransigeance quant au phénomène des conflits communautaires, quel qu’en soit la nature et l’origine.

Ainsi, le gouverneur du Kongo-Central, le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires coutumières, ainsi que la ministre d’État, ministre de la Justice et Garde des Sceaux ont été invités à prendre les mesures nécessaires pour faire toute la lumière sur les faits qui se sont produits à Mbanza-Ngungu. Ils devront également établir les dysfonctionnements éventuels dans le chef des autorités judiciaires et politico administratives, afin de cesser ces pratiques, et de rétablir l’ordre public dans le respect des lois de la République.

Il a chargé ainsi a chargé tous les gouverneurs des provinces à activer les mécanismes de veille et de prévention des conflits communautaires afin de favoriser la cohésion provinciale./radiookapi.net