Augustin Kabuya à Kisangani: « Il faut permettre au président de continuer son travail en lui offrant un nouveau mandat »

Augustin Kabuya, le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti du président Félix Tshisekedi qui briguera un deuxième mandat, poursuit sa tournée de « dynamisation » des militants.

A Kisangani, au cours de sa deuxième étape de mobilisation, le secrétaire général de l’UDPS a exhorté, ce samedi 15 octobre, la population de la province de la Tshopo à ne pas prêter oreille à ceux qui soutiennent que les élections de 2023 ne seront pas organisées dans le délai constitutionnel. Ces scrutins se tiendront « bel et bien à la date prévue », a-t-il assuré, demandant à la population de se préparer en conséquence.

L’occasion justement pour Augustin Kabuya d’appeler les Boyomais aux soutiens du chef de l’Etat: « Il faut permettre au président de continuer son travail en lui offrant un nouveau mandat ». Et il appelle aussi la population de Kisangani à élire les membres du parti au pouvoir à la députation dans une ville où il ne compte actuellement aucun élu.Le développement des 145 territoires bénéficiera à Kisangani 

Et pour démonter pour la population à élire Félix Tshisekedi, Ce haut cadre de l’UDPS a abordé les sujets d’actualité de la ville, tels que le manque d’électricité ainsi que la sécurité.

« Il n’est pas normal qu’une grande ville aussi prestigieuse, qu’est Kisangani, puisse manquer d’électricité », a déclaré Augustin Kabuya. « La faute ne vous incombe pas, mais elle revient plutôt à ceux que vous aviez élus et qui vous ont oubliés par la suite pour ne s’occuper que de leurs familles », a-t-il souligné.

Néanmoins, a indiqué le secrétaire général de l’UDPS, la solution à ce problème, à celui de l’eau courante et à bien d’autres se trouve dans le programme de développement de 145 territoires, lancé par le président de la République.

Au sujet de la sécurité, il a exhorté la population à collaborer avec les forces de l’ordre et de sécurité.

Une étape délicate pour cette tournée de dynamisation de l’UDPS qui a commencé par le grand espace Bandundu. À Kisangani, une ville qui a voté Martin Fayulu en 2018, la popularité du président Tshisekedi n’est pas à son meilleur niveau. La ville connait beaucoup de délestages et l’électricité a même été coupée pendant près de trois mois.

« Mais Kisangani n’appartient aujourd’hui véritablement à aucune tendance », confie un observateur de la vie politique. La ville comme l’ensemble de la province de la Tshopo représente donc un enjeu pour la présidentielle. Les formations politiques le savent. Avant l’UDPS, Moïse Katumbi, Martin Fayulu et Vital Kamerhe ont fait étape à Kisangani ces derniers mois./mediascongo.net