CHAN 2020 (J-3) : Matampi, Tulenge et les rescapés de la génération 2016

Ce samedi 13 janvier vont s’allumer les lampions de la 6ème édition du Championnat d’Afrique des Nations qu’accueille le Cameroun. La République Démocratique du Congo y sera, après avoir loupé l’édition Marocaine en 2018. 2 avant, la RDC remportait le CHAN, au Rwanda, avec une vague des jeunes et très talentueux joueurs recrutés par Florent Ibenge de différents clubs du pays, c’était la génération Fimbu, caractérisée par l’abnégation, la confiance, et une détermination sans commune mesure. Meschack Elia, Jonathan Bolingi, Héritier Luvumbu et Joël Kimwaki constituaient à l’époque le symbole de cette magnifique équipe, qui aura fait vibrer les cœurs des amoureux du football africain.

Cinq ans après, ces joueurs ne sont pas tous effacés des écrans locaux, 4 sont encore là. 4 joueurs ayant vécu de près la pression, les émotions et la ferveur du CHAN 2016 seront présents au Cameroun, retenus parmi les 33 de Florent Ibenge, à la conquête d’une nouvelle étoile. Certains ont grandi, d’autres continuent à grandir, leur expérience est indubitable. Ils essayeront de la partager avec les autres jeunes qui arrivent, raconter les sensations d’un match de quart de finale contre le pays organisateur (Rwanda 1-2), les sensations d’une demi-finale traînée jusqu’aux tirs aux buts (Guinée C), ou encore d’une finale remportée haut la main contre la nation qui était considérée comme la meilleure de la compétition (Mali). Voici les 4 rescapés de la génération 2016 :

1. Ley Matampi

À l’époque portier du Daring Club Motema Pembe prêté par le TP Mazembe, Ley Matampi a été le choix numéro de Florent Ibenge au CHAN Rwanda (2016). Le seul joueur de l’effectif à avoir joué toutes les minutes de la compétition. Il a été d’un apport important durant toute la compétition. Alors qu’on le croyait périmé, Ley Matampi est revenu à son meilleur niveau. Forcément meilleur gardien de la la Linafoot actuellement, et un des artisans du parcours inédit du FC Saint Éloi Lupopo en championnat national. Les cages des Léopards au Cameroun lui semblent bien promises.

2. Doxa Gikanji

Titulaire dans l’entre-jeu des Léopards au Rwanda, Doxa Gikanji et Nelson Munganga assuraient l’équilibre de l’équipe, rendaient les Léopards plus forts, grâce à la sérénité de l’un et à la vigueur de l’autre. Cinq ans après, Doxa est toujours là. Redevenu capitaine du Daring après un bref passage non concluant au TP Mazembe, le milieu de terrain, n’est peut-être pas à son niveau d’il y a quelques années, mais demeure un élément important dans le système de Florent Ibenge. Les congolais à la mémoire fidèle, n’ont pas oublié son but contre le Rwanda en quart de finale. Un coup de canon à 25 mètres qui donnait l’avantage aux Léopards dans une rencontre avec un arbitre envoyé par faire gagner la nation hôte, malheureusement pour lui.

3. Mika Miche

Pris du CS Don Bosco, Mika Miche a été dans l’ombre des autres milieux de terrain. Mais le jeune joueur avait su se rendre utile quand le besoin s’est présenté, par exemple, au moment de tirer les penaltys contre la Guinée. Le joueur du TP Mazembe plein de sang froid envoyait se balader le portier des Sili National. Il était à l’époque une grande promesse du foot congolais, à l’image de Meschack Elia, qui lui a beaucoup progressé, aujourd’hui au FC Young Boys (D1 Suisse). La concurrence au TP Mazembe n’a pas aidé l’ancien Salésien à émerger, lui-même souvent non épargné par des blessures. Comme 2016, Mika Miche arrive au Championnat d’Afrique des Nations 2020, sans la certitude d’être titulaire.

  1. Ricky Tulenge

Comme Mika, Ricky n’a pas été titulaire. Il n’a débuté que contre le Cameroun lors de la troisième journée de la phase des groupes alors que les Léopards étaient déjà assurés de passer cette étape. Pas très connu du grand public, il sera découvert au CHAN avant la panenka qu’il réussi à la séance des tirs au but en demi-finale. Depuis, Ricky Tulenge est devenu l’un des meilleurs joueurs du championnat, sacré en 2017. En 2019, il est allé tenter une aventure au Maroc, à Difaa Hassani El Jadida, séjour infructueux. Il s’est en suite décidé de revenir au pays pour s’engager avec l’AS VClub, le voilà aujourd’hui éligible pour la compétition, mais non au top de sa forme.

Ce sont là les 4 fantastiques qui demeurent cinq ans après l’exploit de Kigali. Pour autant que leur expérience bénéficie à l’équipe.

Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer