Bunagana : « En cas d’échec de la diplomatie, l’option militaire n’est pas à écarter », prévient Félix Tshisekedi

En visite officielle au Ghana, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi a échangé le vendredi 21 octobre 2022 avec les congolais vivant à Accra. 

Cette rencontre s’est tenue dans la salle Community Hall two de la Accra Conference center, indique une dépêche de la cellule de communication de la présidence parvenue ce samedi à la rédaction de 7SUR7.CD. 

Prenant la parole, le président de la communauté congolaise d’Accra après avoir présenté son comité au chef de l’État congolais, l’a remercié pour son initiative d’échanger avec eux. Il a, ensuite, évoqué les problèmes auxquels sont confrontés les congolais vivant au Ghana, notamment le manque de machine de capture pour les passeports. 

Le représentant des étudiants a, quant à lui plaidé pour l’allègement des conditions d’octroi des documents académiques congolais. Il a relevé la difficulté liée à l’authentification des diplômes congolais au Ghana, citant l’exemple de l’étudiant Darryl qui risque de manquer son diplôme, faute de documents exigés par la législation ghanéenne. 

La même source indique que Félix Tshisekedi a promis de s’impliquer personnellement dans ce dossier pour trouver une solution. 

« Le chef de l’État a promis, sur ce cas précis, de s’impliquer personnellement afin de décanter ce dossier. Une subvention du gouvernement a été sollicitée pour graisser la bourse jugée insuffisante  », indique la dépêche. 

Pour ce qui est de la situation de la femme congolaise établie au Ghana, relevée au cours de cette rencontre plus précisément celle des femmes maltraitées par leurs conjoints, la cellule de communication affirme que Félix Tshisekedi a fait savoir qu’un avocat sera affecté à l’ambassade de la RDC au Ghana pour suivre ces genres de cas. 

S’agissant de la situation sécuritaire en RDC, notamment l’occupation de Bunagana, la même source rapporte que Félix Tshisekedi a rassuré aux Congolais d’Accra qu’en cas d’échec de la diplomatie, l’option militaire n’est pas à écarter. 

« Le chef de l’État, a, dans son exposé, retracé pour l’assistance, toutes les péripéties ayant conduit à l’occupation de Bunagana par les forces négatives. Sans détour, le président de la République, dans un ton convainquant, a expliqué pourquoi il privilégie l’option diplomatique. La recherche de la paix avec ses voisins n’ést pas un choix, mais une obligation. En cas d’échec de la diplomatie, l’option militaire n’était pas à écarter, a soutenu le président Félix Tshisekedi car, selon lui, la paix n’a pas de prix », lit-on dans la dépêche. 

Par ailleurs le chef de l’État a promis à ses compatriotes congolais de revenir à Accra dans un avenir proche dans le cadre d’une éventuelle rencontre avec le  président ghanéen dans le but de peaufiner une stratégie commune africaine pour l’environnement./7sur7.cd