Affaire RAM : Augustin Kibasa Maliba entre la vie et la mort

Trépidant, c’est le moins qu’on puisse dire.
Entre désaccords et familles politiques, Augustin Kibasa Maliba joue le tout pour le tout.
Bouc émissaire pour les congolais, animal à abattre pour les députés nationaux ; tout le monde ne jure que par le départ du ministre.
Si les aléas de l’histoire sont inexorables, le proche de Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge paie le prix d’une décision téméraire.
Dans un monde qui va plus vite que la lumière, Augustin Kibasa Maliba ne peut compter sur lui-même pour sauver sa peau. La machine rame, et c’est un silence de l’Antarctique dans le chef des proches du ministre.
Tout le monde dans sa tanière, les élus ont rugi et c’est le silence dans l’Union Sacrée de la Nation.

AUGUSTIN KIBASA MALIBA ENTRE LA VIE ET LA MORT

Motion de défiance !
Manque de confiance !
Suppression de la taxe RAM !
Incompréhension et machine qui rame !
Les élus du peuple sont sévères et la sanction elle, n’en est pas moindre.
La faute consommée, la crise certifiée et la position des députés vaudra l’exposé du ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication (PTNTIC). Un raté expositif scellera l’aventure de Monsieur Kibasa Maliba dans le gouvernement des Warriors.
Front Commun pour le Congo, Union Sacrée de la Nation, et toutes les autres entités politiques ne crient que transparence dans la gestion du pays.
Une erreur, oui, une seule erreur peut-être fatale lorsqu’on est gestionnaire d’une grande nation comme la République Démocratique du Congo.

Si pour les uns, ce mercredi 06 octobre est un jour ordinaire, Augustin Kibasa Maliba gravera cette magnifique journée ensoleillée dans les annales de l’histoire.
Si un vieil adage dit: “le peuple gagné toujours, le ministre de PTNTIC retiendra “qu’une divergence d’opinion ne bénéficie à personne”.
L’histoire sera écrite ; oui, beaucoup plus meilleure qu’hier sera l’histoire d’aujourd’hui. La vie ou la mort, à Augustin Kibasa Maliba de nous dire.

A QUI A PROFITÉ LE RAM

Quelle belle manière de mourir que de donner sa vie pour son peuple. Augustin Kibasa Maliba avait indiqué le 29 septembre 2021 devant l’Assemblée Nationale que la taxe RAM finançait la gratuité de l’enseignement lancée par l’autorité suprême Félix Tshisekedi. Si l’on s’en tient aux belles phrases du ministre, le RAM n’a profité qu’au peuple congolais. Pourquoi tant de soulèvements si tel est le cas?
Augustin Kabuya, deuxièmement personnalité du parti présidentiel soulignait il y a peu: “le RAM souffre d’un déficit communicationnel. Les initiateurs de la taxe RAM n’avaient pas sensibilisé la population afin d’inculquer en elle la notion du paiement d’impots”.
Entre vivre et mourir se retrouve Augustin Kibasa Maliba, entre aidé son peuple et trahir ses aspirations ; l’homme a choisi l’utile.

Gaël Hombo/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer