Affaire 500 militaires Rwandais en RDC : «le M23 n’est pas Rwanda. Il ne défend aucun intérêt Rwandais»(Vincent Karega)

Les révélations sur le déploiement de 500 militaires Rwandais avec des nouvelles tenues pour dissimuler leur présence afin d’apporter un soutien de taille au Mouvement du 23 Mars (M23) n’ont pas tardé à faire réagir l’ambassadeur du Rwanda en RDC, Vincent Karega. Le représentant du régime de Kigali en RDC réfute toutes les allégations portées contre son pays en indiquant qu’un apport de Paul Kagame au groupe armé reste infondé d’autant plus que les rebelles ne revendiquent aucun intérêt du Rwanda.

« Le M23 n’est pas Rwanda. Il ne défend aucun intérêt rwandais. La victimisation des Congolais en évoquant l’apport du Rwanda au M23 reste infondée […] » Vincent Karega, Ambassadeur du Rwanda en poste en RDC.

Et d’ajouter : « […] si le Rwanda a une revendication propre ou un souci majeur, il a son armée, ses forces et ne viendra pas de façon masquer. », Vincent Karega, l’ambassadeur Rwandais.

Il sied de noter que le général Sylvain Ekenge affirme qu’après l’arrestation de 2 militaires de la Rwanda Defence Force (RDF) par l’armée congolaise il y a quelques jours, Kigali a décidé de changer les tenues de ses soldats qui sont envoyés combattre au côté de la rébellion. D’ailleurs, il indique que 500 éléments ont traversé la frontière congolaise pour rejoindre le M23 à Rutshuru.

Ceux-ci se sont par la suite attaqués aux Casques bleus de la MONUSCO, 3 soldats onusiens ont même été blessés lors de l’attaque, indique-t-il.

« Depuis l’arrestation des militaires de la force spéciale rwandaise dans le Rutshuru, le Rwanda a changé la tenue de ses militaires pour dissimuler sa présence dans les territoires congolais au côté des terroristes du M23. Le Rwanda a déployé à Chanzu, 500 militaires des forces spéciales, tous habillés d’une nouvelle tenue de couleur vert-noir et coiffés des casques de sa force spéciale. Pire encore, les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda, leur mentor naturel, se sont intentionnellement attaqués à la MONUSCO à Muhati, en groupement de Jomba. Trois casques bleus ont été blessés dont un grièvement», informe le porte-parole du gouverneur.

Gaël Hombo/acturdc.com