1 an après le départ de Zoé Kabila, qu’en est-il de la situation socio-économique dans le Tanganyika ?

Les commerçants exerçant leurs activités à Kalemie, dans la province du Tanganyika (Sud-Est de la RDC) dénoncent la multiplicité des taxes au port depuis l’avènement de la gouverneure Julie Ngungwa à la tête de cette province.

Certains commerçants que Media Congo Press (MCP) a interrogés s’indignent du fait de la multiplicité des taxes qui pousse des opérateurs économiques à déclarer leurs marchandises ailleurs que dans cette ville.

« Les taxes sont multipliées. Vous allez constater que sur une même marchandise liée à l’importation ou marchandise à libre pratique, il y a deux ou trois taxes uniquement pour la province du Tanganyika », a dénoncé un commerçant en provenance de Uvira.

Pour sa part, la Fédération des entreprises du Congo (Fec)/Tanganyika qui déplore cette situation, indique avoir entamé plusieurs démarches auprès de la gouverneure de province pour la révision de certaines taxes qui asphyxient les commerçants en provenance de Bukavu et Uvira mais sans succès.Néanmoins, le vice-président de cette structure commerciale du Tanganyika qui apaise la tension des opérateurs économiques annonce saisir, dans les prochains jours, le bureau de l’Assemblée provinciale pour interroger la gouverneure de province sur ce point avant d’entamer d’autres démarches de grande envergure. Car selon lui, ces taxes handicapent les opérateurs économiques de la région.

Parmi ces différentes taxes figurent : la taxe de culture et arts liée à la domination patronale par an qui n’est pas repris dans le Journal officiel ; la taxe de l’industrie à laquelle on applique l’estampillage 500 ou 1000fc par colis en provenance de Uvira ; la taxe sur le commerce extérieur contrairement à sa dénomination, celle-ci est perçue au port à hauteur de 2000 à 10.000fc par des agents escortés par des policiers bien armés… et aussi les 2 % que perçoit la Direction générale des recettes du Tanganyika (DGRTANG) que fait également payer le commerce extérieur, décrie le vice-président de la Fec/Tanganyika, Lwatamba Zahinda dans un entretien avec MCP.

Il faut aussi dire que cette situation a sorti de son silence Elysée Kaozi, candidat gouverneur malheureux aux élections de mai 2022. Dans un entretien accordé à une radio locale, ce notable de Tanganyika a déploré la multiplicité de ces taxes qui ne permettent pas à la population d’avoir un train de vie normal.

« Aujourd’hui, il y a eu augmentation des taxes au niveau des ports de Kalemie, ce que personnellement je trouve insensé connaissant la conjoncture actuelle du pays, connaissant les activités économiques assez faibles au Tanganyika, on ne peut pas aujourd’hui, prendre le risque d’asphyxier par un harcèlement fiscal, les acteurs économiques, les opérateurs économiques parce que cela aujourd’hui a une conséquence avec les denrées alimentaires qui ont augmenté le prix à Kalemie et cela se répercute négativement dans les ménages, ce qui n’est pas du tout acceptable », a-t-il aussi dénoncé.

Une publication qui a vraisemblablement dérangé, Élisée Kaozi dénonce une succession d’appels téléphoniques et des messages WhatsApp de menace de la part de la gouverneure Julie Ngungwa ”pour avoir publiquement émis mon opinion sur la gouvernance du Tanganyika…”. Ceci serait son dernier post sur Twitter, #KaoziElisee n’est plus accessible.
Il sied de noter que jusqu’à présent, c’est silence radio du côté des autorités provinciales./mediascongo.net