Union sacrée : Félix Tshisekedi sert aux congolais du riz mélangé avec le sable

Revendiquant la responsabilité de « rassembler tous les Congolais », le Président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, avait annoncé en décembre 2020, la « fin » de la coalition qu’il avait formée avec son prédécesseur, l’ancien président Joseph Kabila.

Ce, après avoir rencontré selon lui plusieurs blocages de son action par le Camp Kabila.

Depuis, un nouvel équilibre se met petit à petit en place depuis la tenue des consultations initiées par le Chef de l’État.

Après ces consultations, Félix Tshisekedi avait pris la décision de mettre en exergue sa vision de la création de l’ »Union sacrée ».

À en croire le fils biologique de feu Étienne Tshisekedi, sa vision est centrée sur l’homme. Fort est de constater que cet homme croupit toujours dans la misère criante, à tel point qu’il ne sait pas bien digérer la recette de Félix Tshisekedi, car elle a de sable.

S’achemine-t-on vers une redistribution des cartes, avec la fin de la coalition FCC-Cach ? C’est la question que l’on se pose en tout cas. Peut-on s’accorder que les hommes politiques ont adhéré et adhérent à l’ »Union sacrée »pour chercher d’abord et avant tout leurs propres intérêts égoïstes et partisans, au détriment du petit peuple.

Conséquence, l’ »Union sacrée » telle que voulue par Félix Tshisekedi est devenue amer, difficile à avaler.

Pour preuve, l’arrivée massive de membres du Front commun pour le Congo (FCC), et Lamuka à l » »Union sacrée » inquiète plus d’un congolais.

Les anciens soutiens de Joseph Kabila ont négocié et fini par prendre sans surprise la présidence du bureau définitif de l’Assemblée nationale.

Moïse katumbi président d’Ensemble pour la République, et Jean Pierre Bemba, leader du Mouvement de libération du Congo (MLC), eux attendent impatiemment d’occuper éventuellement la Primature, après la destitution de Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Dans tout cas, où est l’intérêt suprême du peuple congolais ?

L’euphorie suscitée par l’annonce de la rupture de la coalition gouvernementale FCC-CACH fait place au doute et à l’enlisement de la crise politique au grand dam d’une population qui a précocement jubilé, croyant naïvement au changement promis par Félix Tshisekedi.

C’est qui nous fait croire que l’ »Union sacrée » une très belle opération politique pour le président Félix-Antoine Tshisekedi, et non pour le peuple congolais.

24h.cd/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer