RDC : Une question orale avec débat adressée à la ministre de la Justice sur la Commission de Censure

Ados Ndombasi, député national et cadre du Parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), a adressé ce jeudi 11 novembre 2021, une question orale avec débat à la ministre de la Justice Rose Mutombo, sur la commission de censure en République démocratique du Congo. L’élu du peuple voudrait appréhender le rôle essentiel que joue la Commission de Censure « après l’interdiction illégale de jouer certaines chansons sur le territoire national décidée par cette dernière».

« Cette commission de censure a illégalement suspendu la diffusion de plusieurs chansons d’éveil de conscience dont celle du groupe MPR Nini Tosali Te », a dit Ados Ndombasi.

Selon l’élu du district de la Funa, cette décision va à l’encontre de la constitution.

« Cette décision va à l’encontre de l’article 23 de notre constitution qui dispose que : Toute personne a le droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions notamment par la parole, l’écrit et l’image sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et de bonnes mœurs », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre : « Il est inacceptable de restreindre sciemment la liberté d’expression de nos artistes, inacceptable qu’en plein 21ème siècle ce genre des pratiques soient cautionnées dans l’État dit de droit ».

A. Ndombasi demande simplement la suppression de la Commission de Censure car, d’après lui, elle n’a pas sa place dans un régime dit démocratique.

Il sied de rappeler également que la ministre de la Justice a instruit le président de la Commission de censure de lever la décision interdisant la diffusion des chansons « Nini Tosali te » du groupe MPR et « Lettre à ya Tshitshi » du rapporteur Bob Elvis, pour non-respect de procédure.

Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer