RDC : « Tous pour la Rd Congo » ôte les masques aux enquêteurs de Global Witness

On en sait désormais plus, sur les motivations profondes des enquêtes de l’Ong britannique Global Witness (GW), sur l’exploitation des ressources minières en RD Congo. Epaule contre épaule, une coalition locale dénommée «Tous pour la RD Congo», soutient formellement que les recherches de cette Ong sont basées, autant sur des faits historiques non prouvés, des données biaisées, que sur des informations obtenues de sources généralement anonymes et stipendiées.

 

«Les rapports de Global Witness visent à diaboliser les Congolais et à éluder les inégalités des contrats miniers entretenues par des lobbies internationaux», a dénoncé «Tous pour la Rd Congo», dans son rapport publié le mercredi 23 septembre dernier à Kinshasa.

 

Au cours d’une conférence de presse qui a suivi la présentation dudit rapport, le Secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO), Ernest Mpararo, y est allé de ses révélations. «Les 12 rapports de GW sur la Rd Congo, portant «toujours sur le secteur des ressources naturelles, particulièrement sur le secteur minier et la Gécamines ont pour seule finalité de diaboliser les Congolais», avait-il déclaré.

 

Plus ahurissant, le Secrétaire exécutif de la Licoco, structure membre de la coalition «Tous pour la Rd Congo», s’offusque par le fait que les résultats des enquêtes de l’ong britannique ne puissent donner lieu à aucun débat contradictoire. «Tout est fait comme si ces recherches étaient parole d’évangile que leurs auteurs avaient la parfaite maîtrise de la situation en RD Congo, mieux que les Congolais eux-mêmes».

 

Par ailleurs, «Tous pour la RD Congo», par la bouche d’Ernest Mpararo, accuse Global Witness de tout voiler, en recourant, non sans ruse, à des termes «corruption des élites congolaises». Selon la coalition, ces accusations de GW, non soutenues par des preuves matérielles palpables, n’ont pour but que de distraire l’opinion publique internationale et éluder les inégalités et déséquilibres du secteur minier rdcongolais.

 

Selon «Tous pour la RD Congo», ces dissimilitudes et toquades sont bel et bien entretenues par des lobbies internationaux à travers leurs multinationales qui privent à l’Etat congolais, de ressources nécessaires pouvant lui permettre de réussir son pari de la lutte contre la pauvreté, tel que stipulé dans le Rapport d’avril 2016 de la Banque mondiale.

 

Ernest Mpararo ajoute que les recherches de Global Witness sur l’exploitation minière en RD Congo, pêchent par leur caractère sélectif. «L’ong britannique gagnerait en objectivité, si et seulement si, elle s’était donné la peine de pousser ses enquêtes plus loin durant toutes les années retenues dans le cadre de celles-ci, afin de comprendre la manière dont des entreprises minières occidentales ont obtenu des gisements et signer des contrats miniers. Cette démarche aurait le mérite d’établir les responsabilités des uns et des autres dans la mauvaise gouvernance du secteur minier», renchérit la coalition, sur un ton d’indignation.

 

GW, PORTE-PAROLE DES MULTINATIONALES ?

 

Dans son rapport, voulu «objectif et impartial», la coalition «Tous pour la RD Congo» ôte les masques aux enquêteurs de Global Witness, qui à ses yeux, opère à visage couvert, sous la casquette de «porte-parole» des multinationales, éternels auteurs de pillages des richesses en RD-Congo. Rien à voir avec le bien-être des Congolais.

 

C’est aussi dans ce document présenté le 23 septembre dernier à Kinshasa, que «Tous pour la RD Congo» a mis sur la place publique, ce qu’elle qualifie de rôle joué hier comme aujourd’hui, par des pays occidentaux dans le pillage des ressources naturelles congolaises. Ce, au travers de leurs entreprises minières, avec le concours de certaines Ong internationales. Parmi ces ong en mission commandée sur le sol congolais, Tous pour la RD Congo cite «Global Witness», «Enough Project» et «The Sentry».

 

A la suite d’un exercice d’analyse de contenu, des différentes enquêtes de Global Witness sur la RD Congo, le contre-rapport de «Tous pour le Congo» conclut que dans toutes ses publications, cette ONG britannique propose de manière disjonctive, subjective, approximative, réfutable, non contradictoire, anachronique et paternaliste, une vision historique et idéologique tronquée aux problèmes de sous-développement de la RD Congo.

 

Par ailleurs, la même coalition s’indigne de constater que Global Witness se limite à proposer des solutions plus simplistes que réalistes à la sempiternelle problématique de développement de la RD-Congo, en sanctionnant les «corrompus» locaux, en favorisant l’accueil des investisseurs occidentaux et en attirant la méfiance de certains Congolais et même des étrangers, vis-à-vis des entrepreneurs chinois opérant dans le secteur des des mines.

 

Somme toute, «Tous pour la RD Congo» prévient que sa démarche ne doit pas être considérée à tort, comme une sorte de fureur opiniâtre ou acharnement contre Global Witness. Bien au contraire. La coalition reconnaît à son rapport, le mérite d’avoir dénoncé ce que ses auteurs qualifient «d’imposture morale» des experts de l’Ong britanniques ayant concouru à l’élaboration du document final ayant sanctionné l’enquête sur les ressources naturelles en RD Congo.

 

Forumdesas.org/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer