RDC : Luboya N’kashama révèle l’existence d’un deal « politiciens-miliciens » contre le processus de paix en Ituri

Le Gouverneur militaire de la province d’Ituri, le lieutenant-général Johnny Luboya N’kashama a révélé l’existence d’une magouille tendant à saboter le processus de paix et de ce fait, déstabiliser la province de l’Ituri. D’après le N°1 de la province qui fait cette révélation ce 13 juin 2023, certains politiciens congolais et les élements de la milice Zaïre seraient les auteurs de cette conspiration.

A environ 85 km au Nord-ouest de Bunia (chef-lieu de province), renseigne t-il, un groupe de miliciens Zaïre s’étaient réunis à Dala dans la region de Mungwalu (Djugu) afin de « déstabiliser » le processus de paix.

« Pendant qu’on était en train d’organiser le dialogue d’Aru, il y a une frange de ce qu’on appelle le Zaïre qui s’est reunie à Dala contre le dialogue d’Aru. Nous avons tous les noms. Et durant cette réunion, ils se sont distribués même des tenues. Et ils se sont décidés de nous déstabiliser, de déstabiliser le processus de paix. L’auditeur est là, les mandats seront livrés tout de suite là. D’abord ceux qui étaient dans cette réunion là, on va livrer les mandats d’arrêt, ça c’est de un. Maintenant, on va voir les liens parce qu’on dit qu’ils sont liés à un groupe de politiciens. Dès que nous avons les liens, eux aussi ils vont recevoir, ils vont avoir les mandats, et ça sur le plan national et sur le plan international», a-t-il déclaré.

Le lieutenant-général Johnny Luboya N’kashama révèle que la réunion tenue par des éléments de la milice Zaïre a un lien avec le massacre de plus de 40 déplacés au site Lala à Djugu (dans la chefferie des Bahema Badjere), le lundi 12 juin vers 1h du matin. A l’en croire, des mandats d’arrêt seront bientôt livrés contre les commanditaires de cette attaque meurtrière. Au même moment, il indique que des éléments de l’armée sont déjà sur le terrain pour neutraliser tous les « saboteurs » du processus de paix.

Le 06 juin dernier, lors de la remise du protocole d’accord par les 4 groupes armés locaux ayant participé au dialogue d’Aru, le gouverneur militaire de l’Ituri a affirmé détenir les noms des présumés auteurs des crimes internationaux commis sur l’ensemble de la province.

ActuRDC

vous pourriez aussi aimer