RDC : (L’impunité et la Redevabilité ) le Gâchis économique et social actuel en est la conséquence

S’il y a un domaine dans lequel l’insouciance, le libertinage, laloi du moindre effort  amènent des catastrophes ;   c’est dans la gestion des affaires publiques de la République. Et c’est le domaine qui exige plus de rigueur d’autant plus que la chose publique profite au grand nombre, au public qui  a le droit de savoir pourquoi il n’y a pas d’avancée.

L’impunité a comme corollaire la redevabilité. La redevabilité est l’autre face de la même pièce de la monnaie qui est l’impunité. Lorsqu’un citoyen viole l’une des lois du pays et qu’il n’est pas sanctionné, il adopte un comportement arrogant et se croit au dessus de la loi et des règles sociales établies. C’est de l’impunité.

La redevabilité, quand à elle, exige que tout celui qui est en train de poser un acte dans le domaine public s’attende à ce que ses actes amènent soit une récompense, soit une sanction.

L’acteur public congolais a déjà perdu dans son comportement les deux notions.  Il doit la position qu’il occupe au clientélisme. Il a un protecteur et mentor qui le protège des aléas de la vie publique. Il suffit que son protecteur soit puissant pour qu’il soit assuré de ne pas être inquiété à cause de ses actes.

Cela semble anodin mais constatez à quoi cela nous mène.

C’est l’impunité qui a amené la prolifération des groupes armés.  Depuis que l’AFDL a pris le pouvoir par les armes, d’autres groupes armés  ont suivi et  se sont créés sur le territoire national. Ils ne craignent plus de s’insurger en s’inspirant de l’AFDL parce qu’il n’y a apparemment eu aucune sanction contre des actes insurrectionnels depuis ; ils rêvent d’arriver au même résultat que le groupe cité plus haut par l’insurrection.  Le RCD, le MLC, et tous les groupes armés qui ont proliféré après ont  joui de ce régime spécial de l’impunité.

La redevabilité nous aurait exigé  de  sanctionner les commandants de l’Armée depuis l’époque de l’AFDL jusqu’nos jours pour insuffisance des résultats. L’armée nationale n’a pas réussi à maîtriser les groupes armés depuis ce temps- là jusqu’aujourd’hui.  C’est pourquoi, des groupes comme le FRPI, la CODECO, les Nyatura, les ADF  bravent l’Etat jusqu’aujourd’hui. Peut-on affirmer que le pays depuis deux décennies manque des stratèges capables de leur tenir la dragée haute ?

Les mauvais résultats économiques nous exigent de sanctionner les politiciens pour insuffisances des résultats parce qu’ils sont les gérants de la situation politique. C’est pour cela que les élections devraient être vraiment transparentes afin que le peuple puisse se choisir le meilleur dirigeant qui lui amènerait non des chimères mais des résultats.

Les mauvais résultats dans une entreprise publique exigent qu’après une période de grâce bien donnée, les dirigeants nommés pour redresser la situation de l’entreprise, soient amenés devant la barre pour soit avouer leur incapacité, soit pour qu’ils dénoncent les moyens de leur politique qui ne leur étaient pas donnés.

Si toutes les entreprises étatiques nationales sont des cadavres dans le placard, c’est parce qu’on n’a pas demandé des résultats à qui on les a confiées. Il n’y a pas eu redevabilité.

Maintenant, est-ce que la redevabilité est possible dans le pays ? Et pourtant, elle devait même être prioritaire. Pour le moment, il n’est pas évident qu’elle le soit. La politisation à outrance et la polarisation politique  empêchent qu’une démarche dans le sens de la demande des comptes aux acteurs du secteur public soit entreprise. Et pourtant, qui accepterait de confier son enfant à un enseignant dont la culture présente des lacunes criantes  parce qu’il est du même terroir ? Et C’est-ce que nous faisons jusqu’à présent dans le pays.

Or, l’émergence du pays  répond à des normes rigoureuses et à une démarche sévère et planifiée de toutes les parties engagées au pays. Les acteurs politiques doivent se mettre d’accord sur les matières où, quelle que soit l’appartenance politique, ils seront intransigeants envers les personnes choisies pour exercer au service de l’Etat. Ce n’est qu’à ce prix là que la RDC pourra rêver à une émergence à l’instar de celle de la Corée ou de la Chine, fruits d’une discipline ferme, dans laquelle  ces deux piliers que sont l’impunité et la redevabilité tiennent un rôle capital.

La justice doit être privilégiée et réellement indépendante pour frapper tous les criminels économiques et les mauvais gestionnaires doivent être élagués des listes des mandataires à qui on confie les portefeuilles de l’Etat.  Les stratèges militaires qui auraient eu des résultats à des niveaux inférieurs devraient être portés au sommet de la hiérarchie de l’Etat afin que le Service public jouisse des meilleurs éléments qu’il y a dans le domaine.

Laprosperiteonline.net/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer