RDC : « les élections coûtent cher au pays puisqu’on s’y prend toujours en retard » (Patrick Muyaya)

Au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 8 novembre à Bruxelles (Belgique), le ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya s’est aussi exprimé sur le financement des prochaines élections législatives et présidentielles en RDC.

« Les élections, c’est une tâche qui nous revient principalement comme gouvernement et de ce point de vue, la volonté politique pour nous est claire. Les élections coûtent en RDC effectivement puisqu’on s’y prend toujours en retard. Le pasteur Mulunda préparait des élections à 6 mois ou 7 mois et pour un pays grand presque sans infrastructures routières, il faut faire voter 40 millions de personnes, c’est très laborieux », a déclaré Patrick Muyaya à propos. 

C’est la raison pour laquelle, dit le porte-parole du gouvernement, le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a été mis en place un peu plus tôt afin d’étudier tous les problèmes relatifs aux élections.

« C’est pour ça que nous avons voulu que les choses se fassent plus tôt pour être sûr que nous avons suffisamment de temps y compris pour voir si on ne peut pas faire un travail plus sérieux pour ce qui concerne le recensement puisqu’on en parle depuis des années mais on ne l’a jamais fait », a-t-il dit.

Et d’expliquer :  

« Si nous avions un registre national bien tenu, à chaque élection, ça ne coûterait pas cher. On n’aurait pas besoin de chercher des marchés, d’acheter autant des centaines de milliers de machines pour être sûr qu’on enrôle tout le monde. Nous nous baserions sur le fichier qui existe, on l’actualiserait, puis on avancerait. Quoi qu’il en soit, pour nous gouvernement, l’objectif, c’est doter le Congolais de la carte d’identité et lorsque cette carte sera effective, nous disposerons de la banque de données nécessaires qui nous permettra d’avancer. C’est pour ça que pour nous, il était urgent d’avoir le bureau de la CENI pour nous permettre à temps de savoir ce que les élections peuvent nous coûter ». 

Les prochaines élections législatives et présidentielles en RDC sont prévues en 2023. Le nouveau bureau de la CENI dirigé par Denis Kadima est déjà à pied d’œuvre depuis le 29 octobre dernier à la suite de la remise et reprise avec le bureau sortant qui était dirigé par Corneille Nangaa.  Ce, en dépit des constatations qui ont émaillé l’entérinement et l’investiture des membres de la CENI.

actualite.cd

vous pourriez aussi aimer