RDC : le Cardinal Ambongo fait part à Sassou Nguesso de la situation sociopolitique du pays

Le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa, a été reçu ce vendredi 29 octobre 2021 à Brazzaville par le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso. Au menu des échanges entre les deux personnalités, la situation socio-politique en République Démocratique du Congo.

« Je suis venu en tant que Archevêque de Kinshasa, à double titre, pour échanger avec lui, recueillir son avis par rapport aux questions sociopolitiques telles que ça se passent chez nous, je peux vous rassurer qu’il a donné son avis, son sage avis par rapport à ce que nous sommes entrain de vivre , j’espère que ça pourra beaucoup nous aider dans le sens de la recherche de vivre ensemble, la consolidation de la paix sociale mais en même temps je suis Archevêque des Kinshasa, c’est aussi l’occasion pour moi d’échanger avec un Chef d’État sur la situation de l’Eglise que ce soit du côté de Congo Kinshasa et de ce côté ici, ça fait partie de ma responsabilité, échanger pour voir dans quelle mesure nous pouvons collaborer ensemble pour les grands biens de notre peuple », a déclaré devant le Cardinal Fridolin Ambongo après échange avec Denis Sassou Ngwesso.

L’Eglise catholique et l’Eglise du Christ du Congo (ECC) n’ont pas soutenu la candidature de Denis Kadima qui est devenu président de la Commission électorale indépendante (CENI) car jugé proche du pouvoir.

Réagissant en rapport avec la CENI, le Cardinal a rappelé la position de l’Eglise catholique.

« Notre position est claire, notre avis est contre le choix de celui qui a été investi par l’assemblée nationale et confirmé par  le Président de la République. Nous l’église catholique et l’église protestante qui constituent 90% de la population de la République Démocratique du Congo, nous avons dit au Président Félix Tshisekedi que ce n’était pas un bon choix »a ajouté Fridolin Ambongo.

L’équipe sortante et celle entrante de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont effectué la remise et reprise ce vendredi 29 octobre au siège de la centrale électorale.  Le choix opéré par les six confessions notamment celui de Denis Kadima est contesté par l’église catholique et l’église protestante. Pour ces deux confessions religieuses, le nouveau Président de la commission électorale nationale indépendante est proche du régime de Félix Tshisekedi.

A ce jour, trois postes réservés à l’opposition sont restés vacants (2ème vice-présidence, Questure et un membre de la plénière). L’opposition dénonce la manière dont le processus s’est déroulé dans un cafouillage dans le seul but de mettre en place une commission électorale nationale indépendante aux ordres. Ensemble pour la République via ses groupes parlementaires MS-G7 et AMK et Alliés a également dénoncé la même chose et n’a pas désigné officiellement ses délégués à la CENI.

actualite.cd

vous pourriez aussi aimer