RDC : Il ne faut pas confirmer que ceux qui ont attaqué Lubumbashi et d’autres contrées sont des fidèles de Gédéon Kyungu (porte-parole MIRA)

Au lendemain de l’incursion des éléments Bakata Katanga dans la ville de Lubumbashi et d’autres contrées de l’ex-Katanga , le mouvement des indépendantistes révolutionnaires Africains (MIRA) réfute l’appartenance de ces éléments à Gédéon Kyungu.

Thierry Mukelekele, porte-parole de Gédéon Kyungu Mutanga wa Bafuko Kanonga, pense que la vérité sera connue avec les enquêtes amorcées par les services de sécurité.

« Il ne faut pas confirmer que ceux-là qui sont arrivés à Lubumbashi sont fidèles à Gédéon Kyungu . A l’époque du gouverneur Kazembe , il a fait sa part en sortant Gédéon de la brousse avec plusieurs de ses éléments , 87 armes . Le processus s’est poursuivi avec le ministre honoraire de l’intérieur Kibale à Mitwaba en 2017 , 375 éléments s’étaient rendus » dit-il à ACTUALITÉ.CD avant d’affirmer que le processus de désarmement devait se poursuivre avec le gouvernement et non avec Gédéon Kyungu Mutanga wa Bafuko Kanonga.

« Depuis lors , il n’y a plus eu de processus de désarmement. Ce n’est pas encore Gédéon qui devait désarmer ceux qui s’étaient rendus mais plutôt l’état congolais », déclare-t-il.

Thierry Mukelekele précise qu’à l’heure actuelle , les services de sécurité devraient poursuivre les enquêtes et donner la vraie information à l’opinion publique.

« Il faut laisser les services de sécurité comprendre ce qui s’est passé . Ceux qui sont venus faire quoi exactement . On ne peut pas comprendre qu’une incursion se passe sur la ville , des gens qui marchent en file et directement, on les attribue à Gédéon Kyungu . Pourtant , Gédéon lui même n’est plus sur la ville. Gédéon Kyungu a été traumatisé , à quelle heure est-il parti ? Je ne sais pas parce qu’il y avait bouclage », a ajouté le porte-parole de Gédéon Kyungu.

Samedi dans la matinée ,une incursion a été signalé dans les villes de Lubumbashi , Likasi , Kasumbalesa et une partie du Lualaba dans l’ex Katanga.

La police nationale congolaise qui attribué l’assaut aux éléments Bakata Katanga a avancé un bilan de 8 morts dont 7 côté des insurgés et un élément de la police. L’Asbl Justicia a ,quant à elle dans un communiqué de presse de ce dimanche , parlé de 32 morts comme bilan encore exhaustif des affrontements du samedi entre éléments Bakata Katanga et les forces de l’ordre.

Tout en appelant à l’arrestation de l’ancien seigneur de guerre , L’Asbl Justicia, a également demandé au Président de la RDC , Félix Tshisekedi Tshilombo de relever tous les responsables des services de sécurité dans la province du Haut-Katanga pour manquement grave.

Le président de l’Association africaine de defense des droits de l’homme (ASADHO), Jean – Claude Katende, a affirmé que la « force qui a été utilisée contre les Bakatakatanga hier était disproportionnée ». Il a plaidé pour « une enquête impartiale ». La situation du samedi a été maîtrisé.

Jacques Kyabula Katwe, gouverneur du Haut – Katanga, a assuré que les insurgés Bakata Katanga avaient été neutralisés.

Actualite.cd/Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer