RDC – Élections 2023: la coalition Lamuka s’oppose au recensement avant la tenue des scrutins

La coalition Lamuka, principale plateforme politique de l’opposition, ne se dit pas favorable à l’idée d’un quelconque recensement avant la tenue des élections de 2023. Cette déclaration faite par Devos Kitoko, un des proches de Martin Fayulu, intervient après la publication ce lundi des résultats du rapport des consultations menées par 13 personnalités pour un consensus avant les élections de 2023.

Dubitatif quant à une telle approche, Devos Kitoko affirme que la RDC est envahie par les groupes armés, qui massacres les congolais dans leur propre sol. D’après lui, le recensement permettrait de tomber dans le piège de ceux qui veulent légitimer la présence des étrangers en RDC. Ce proche de Fayulu rappelle dès lors que la coalition Lamuka partage plusieurs points soutenus par les groupes de 13 personnalités.

De leur côté, le député Patrick Muyaya a souligné que cette identification, une fois bien faite, pourrait servir de base plus tard pour un recensement administratif que le pays n’a plus connu depuis 1984.

« Nous voulons donc dans le cadre de cette démarche anticipative, prendre le courage de bien aborder cette question de l’identification premièrement pour en réduire le coût et deuxièmement pour créer le socle parce que ce pays depuis 1984 n’a pas connu de recensement de la population, nous ne savons pas combien nous sommes. Nous, nous pensons qu’il est possible, s’il y a un pilotage fort au niveau du gouvernement, et nous l’avons recommandé au président de la République au moment du dépôt du rapport, que cette question de l’identification des électeurs que nous ferons pour le processus qui vient sert de base pour un recensement administratif de la population », a-t-il dit.

Pour ce dernier, l’identification des électeurs ne va pas influencer la date de la tenue des élections, fixée selon les prévisions de G13 au 24 décembre 2023. « J’ai entendu que les gens veulent croire qu’identifier les Congolais pour les élections qui viennent pourrait servir de prétexte pour le glissement. Dans la feuille de route que vous pourrez voir dans le document, dans les hypothèses que nous avons établies, les élections pourront se tenir au 24 décembre 2023 et les Congolais pourront être identifiés avant cette période. Mais cela suppose une prise en main de manière sérieuse de la question pour que dès maintenant la CENI et l’ONIP se mettent ensemble pour que ce processus réussisse ».

Mediacongo.net/acturdc.com

 

vous pourriez aussi aimer