RDC : Delly Sessanga qualifie la CENI de « monopartisane » et la cour constitutionnelle de « brocardée » en quoi « on ne peut rien attendre »

Le député national, Delly Sessanga, a qualifié l’actuelle composition de la commission électorale Nationale indépendante (CENI) de « monopartisane » et la cour constitutionnelle de « brocardée ». Cette équipe est censée organiser les prochaines élections générales en 2023.

Au cours d’un débat citoyen, organisé le mardi 23 Avril 2022, sur la transparence du processus électoral en cours en RDC, avec les innovations de la nouvelle loi électorale, le président national du parti politique Envol, le député Delly Sessanga est revenu sur la question électorale.

Intervenant sur « les attentes du G13 pour la suite du processus électoral », Delly Sessanga a estimé que rien de bon ne peut sortir de ces élections, du moment où les trois piliers de la transparence électorale ne sont pas de mise.

« Prenons le premier pilier. C’est la première fois depuis la troisième République que nous avons une CENI qui est monopartisane. Quand on dit que les élections de 2023 seront transparentes, on est dans l’oxymore parfait. On n’a pas une CENI qui reflète la pluralité de notre pays. Elle est monopartisane et contrôlée par un camp. Deuxième chose, c’est l’indépendance de la justice électorale dont le sommet du contentieux électoral est la Cour constitutionnelle. Cette Cour a été brocardée. On en a fait une composition calibrée pour contrôler les décisions par un camp politique. On ne peut rien attendre d’une CENI monopartisane, d’une Cour Constitutionnelle brocardée et d’une loi électorale qui n’offre pas des garanties de transparence », a-t-il déclaré.

S’agissant de la loi électorale adoptée par le parlement puis promulguée par le Chef de l’état le 29 juin 2022, le député national Sessanga a affirmé qu’elle contient les germes de la préparation d’une fraude électorale en 2023.

Roger AMANI

vous pourriez aussi aimer