RDC : Claudel André Lubaya se prononce sur la question de la sécurité et la défense de l’intégrité du territoire national

La question de la défense du territoire national congolais est sur toutes les lèvres ; et cela, suite au lancement des opérations conjointes menées par l’armée Ougandaise et les Forces Armées Congolaises d’une part et d’autre part, par la présence des policiers rwandais à Goma. Montant au créneau, le député national Claudel André Lubaya a dénoncé la présence des armées étrangères sur le sol congolais tout en faisant savoir que ce secteur est le plus important pour un état qui se veut souverain.

L’ancien gouverneur de l’ancienne province du Kasaï-Occidental a indiqué que la sécurité et la défense du territoire font partie des missions exclusivement réservées à l’État et dont il ne peut en aucun cas se désaisir. Pour lui, la marche prise par l’exécutif est une stratégie dangereuse qui nuirait de manière considérable à la nation.

« RDC La sécurité publique et la défense de l’intégrité du territoire sont des missions régaliennes irréfragables de l’Etat. Elles ne peuvent être ni aliénées ni sous-traitées. C’est un renoncement dangereux qui nuit gravement à notre souverainet», peut-on lire sur son compte Twitter.

Pour rappel, le 13 décembre dernier la Police du Rwanda s’était dite disposée à installer une base opérationnelle dans la ville de Goma pour lutter contre le terrorisme.

« Le protocole d’accord que nous allons signer montre notre intention commune d’explorer des arrangements des institutions policières. Conformément aux résolutions de la 23e Assemblée générale de l’EAPCCO tenue à Kinshasa, la police rwandaise est prête à travailler avec la police de la RDC et d’autres institutions policières régionales pour établir une unité opérationnelle conjointe à Goma afin de collecter des informations sur les activités terroristes dans la région. La lutte contre l’extrémisme violent est une bataille complexe qu’aucun pays ne peut vaincre à lui seul », avait déclaré le général Dan Munyunza, Inspecteur Général de la Police Rwandaise.

Il avait justifié cette volonté notamment par la montée de la criminalité transfrontalière, la menace djihadiste qui gangrène le Nord-Kivu, celle des rebelles FDLR qui rodent autour du Parc National des Virunga, ou encore le trafic de drogue et la contrebande

Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer