Qu’en est-il de la diplomatie agissante de Félix Tshisekedi après le discours du secrétaire général des Nations-Unies sur le M23? (Tribune)

À l’entame, la diplomatie agissante est une approche, un concept, mieux, une vision diplomatique. Rigoureusement et traditionnellement , la diplomatie comporte 3 Zones à savoir :

1.La diplomatie classique celle qui tranche la problématique des échanges des ambassadeurs entre États.

  1. La diplomatie multilatérale qui s’effectue au sein des organisations sous-régionale(CPGL), régionales(SADC,CEAC) et internationales(ONU,OUA,)
  2. Enfin, la diplomatie Ad hoc, qui consiste à dépêcher une équipe des diplomates,des experts pour négocier sur un point bien défini.(sociétés secrètes).

En toute rationalité, la diplomatie agissante est une approche qui doit forcément avoir un contenu, une vision, un canevas et une finalité.

N’avions nous pas appris que le Président Félix TSHISEKEDI avait déclenché une diplomatie agissante ?

Au nom de la quelle diplomatie, le Président kagame était notre ami et frère, les USA étaient nos partenaires privilégiés, l’Union africaine, l’Union européenne, SADC, CEAC CPGL de même? La France,la Belgique, l’Allemagne, la Grande-Bretagne étaient-ils pas conquises sur fond des voyages de la diplomatie agissante ?

En effet, le discours du secrétaire général des Nations-Unies ANTONIO GUTERES sur le M23 déniche l’inexistance de la diplomatie agissante. Pince-sans-rire, le secrétaire général des Nations-Unies s’avoue vaincu face au M23 au motif qu’il détient des armes sophistiquées plus que celles des Nations-Unies (MONUSCO), quelle horreur! Plus loin, il se réserve de nommer le Rwanda et l’Ouganda comme base arrière du M23, mais invite cependant le gouvernement à dialoguer avec ces derniers.

Pour rappel, face à la résurgence du M23, aucun Etat, aucune organisation n’a pu formellement condamner les agresseurs de la RDC.

Il convient de dire que la diplomatie agissante de Félix TSHISEKEDI n’a jamais réellement existé, ce n’était que du folklore.
la diplomatie congolaise est en effet désarticulée, sans amis sur l’échiquier international.

PISTES DE SOLUTIONS.

  • Reconnaître l’échec et l’inexistence de la diplomatie agissante.
  • Redéfinir les axes diplomatiques avec nos partenaires.
  • La mobilisation interne et une réconciliation nationale face au complot international.
  • Ranimer le sentiment national et l’auto-prise en charge
  • convoquer une conférence nationale sur l’insécurité de l’Est.
  • Revoir le budget de nos forces armées.

LA DIPLOMATIE AGISSANTE n’était et n’est rien d’autre qu’une utopie.

Kinshasa le 20 septembre 2022

Aristote-Alexandre NGARIME( chercheur en sciences politiques et relations internationales)