Prestation de serment : Evénement avant l’événement

Ce mercredi 21 octobre est jour de prestation de serment des nouveaux juges constitutionnels. Un événement. Un big event même. Sans aucun doute.

 

Mais, avant la survenue de cette cérémonie, un événement avant l’événement a déjà cours. Ou est en cours. A savoir l’absence, non seulement annoncée, mais confirmée de deux de principaux témoins de la prestation de serment. En l’occurrence, les présidents de deux chambres du Parlement.

 

Cités expressis verbis à l’article 10 de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle, les deux speakers ont écrit dans toutes les langues qu’ils ne seront pas de la partie.

 

Pour peu que l’on prenne les textes pour ce qu’ils sont, cette absence n’a rien d’anecdotique. Pour peu que l’on sorte du manichéisme narcissique « bien de chez nous », l’acte 1 de l’entrée en fonction de ces hauts magistrats au siège du Parlement sans la vitrine officielle de celui-ci pose problème. Pour peu que l’on ait le sens et la culture de la solennité républicaine, la non présence de deux de principaux chefs de corps à une manifestation de cette envergure est, en elle-même, un événement. En terme journalistique, on est dans le cas de figure « un homme mord un chien », ou « un train qui n’arrive pas à l’heure ». C’est qu’il y a matière à information.

 

Après, on peut entendre tous les arguments intéressés des uns et des autres. Normal dans ce landerneau politique où le nombril ou, plus trivialement, le ventre dicte le discours. C’est la sempiternelle politique du tube digestif. Jusqu’à ce refrain sur le procès en illégitimité des élus. Majorité « factice », « numérique », « mécanique »… Peut-être même, mise à jour oblige, « majorité préfabriquée « .

 

Problème, sur le terrain des compétences liées, ce réquisitoire vieux comme la troisième République, sonne comme une symphonie inachevée. On ne saurait douter systémiquement de la légitimité des parlementaires sans le faire avec tous les élus à tous les étages! D’autant que les élections se déroulent le même jour dans les mêmes conditions pour tous les postes à pourvoir. Cela a été notamment le cas le dimanche 30 décembre 2018.

 

Retour au fait du jour pour constater que les confrères de la télévision officielle ont réalisé un reportage sur les préparatifs de la prestation de serment. Une façon de confirmer que la manif annoncée aura bel et bien lieu dans la salle de congrès. Sous -entendu, en dépit du boycott des « locataires des lieux ». Preuve par l’absurde qu’il y a bien un événement avant l’événement. Place à l’événement.

Forumdesas.org/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer