Nord-Kivu : situation sécuritaire tendue à Rugari et Kiwanja

La situation reste tendue ce jeudi 10 novembre dans le groupement de Rugari, à 40 km au Nord de Goma (Nord-Kivu), après des échanges des tirs, mercredi à la tombée de la nuit entre les rebelles du M23 et des groupes armés locaux. Pendant ce temps, les habitants vivant encore au chef-lieu du territoire de Rutshuru et dans la cité de Kiwanja sont toujours inquiets de leur sécurité.

Au niveau de Rugari, les échanges des tirs ont opposé, entre 19 heures et 21 heures locales, mercredi 9 novembre, les rebelles du M23 aux combattants locaux qui appartiendraient au collectif des mouvements pour le changement, (CMC-Nyatura), selon plusieurs sources locales.

Aucun bilan n’est disponible, mais ces sources affirment que les deux belligérants sont, jusque ce jeudi, les uns vers l’Est et les autres vers l’ouest du chef-lieu du groupement Rugari.

Au niveau de Bunagana, un calme règne, deux jours après les premiers bombardements aériens des positions de M23 par les FARDC, sur les collines surplombant cette cité frontalière, précisent les sources sur place.

Jusque ce jeudi aucun bilan de ces bombardements de mardi n’est disponible.

Au niveau du chef-lieu du territoire de Rutshuru et dans la cité de Kiwanja, les habitants contactés sur place parlent d’une inquiétude due à une mobilisation des rebelles qui seraient en train de creuser des tranchées et trous de fusiliers et de mitrailleuses autour, notamment de la cité de Kiwanja.

Aussi, ajoutent ces sources, quelques personnes, dont les directeurs de certaines écoles primaires, seraient déjà interpellés par les rebelles pour des raisons non encore élucidées./mediascongo.net