Nord-Kivu : Plus de 1.000 hectares du parc des Virunga spoliés à Masisi

La commission mixte de vérification de la spoliation du parc des Virunga s’est rendue le lundi 12 septembre 2022 dans le secteur sud de cette aire protégée, précisément sur le site de Nzulo. Cette partie du parc se trouve dans le territoire de Masisi.

Composée des membres du conseil provincial de sécurité, de l’institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et des responsables des affaires foncières de Goma et de Masisi, cette commission a constaté des occupations illégales dans cette partie du plus vieux parc national d’Afrique.

« La commission mixte, conduite par le général major Massi Bamba Albert, commandant du CorPPN, a effectivement constaté des constructions illégales. Plus d’une centaine de maisons, de carrières d’exploitation du sable et de champs des cultures vivrières confirment la flagrante violation de la loi 14 relative à la conservation de la nature dans cette partie du parc national des Virunga », a communiqué la délégation de l’ICCN dépêchée au Nord-Kivu par le directeur général intérimaire Olivier Mushiete.

La même source annonce que des mesures vont être prises à l’issue des travaux de vérification afin que le parc des Virunga retrouve son intégralité, conformément à la loi.

« Cette descente effectuée sur la route principale Goma – Sake, entre deux bornes, et sur la piste allant vers le village Nzolu, au bord du lac Kivu, a confirmé l’envahissement de près de 1110 hectares de cette aire protégée. A l’issue de cette vérification, des mesures importantes s’imposent conformément à l’article 25 de la loi précitée pour assurer la restauration de l’intégrité des limites du parc national des virunga », a ajouté la délégation de l’ICCN.

Notons que cette commission mixte est présidée par le général major Albert Massi Bamba, commandant du Corps de protection des parcs nationaux et des aires protégées apparentées (CorPPN), un service paramilitaire intégré au sein de l’ICCN. 

La descente sur terrain est intervenue après le conseil provincial de sécurité du 9 septembre élargi aux membres de cette commission de vérification./7sur7.cd